samedi 2 septembre 2017

Le Linceul de Turin : relique ou icône ?




Si le Christ n’est pas ressuscité, votre foi ne mène à rien !

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens, chapitre 15, versets 1 à 26

Si un objet continue de diviser et défier l'intelligence appliquée au monde sensible, c'est bien ce linge, ce signe qui traverse l'histoire et ce qu'il révèle selon les données évolutives de la science matérialiste pour l'homme coupé des réalités spirituelles. Il est révélateur d'ailleurs de constater le décalage prudent voire suspicieux ou relativiste entretenu par les médias à la suite des "libre-penseurs" par rapport aux dernières données scientifiques sérieuses sur le sujet.
Ironie du sort ou défi de la volonté divine à remuer la conscience humaine endormie par le matérialisme en cette fin du petit Kali-Yuga (1899),c'est à l'occasion de l'ostension de 1898, qu'un avocat à Turin obtint l'autorisation de faire la première photo du linceul. En développant ses négatifs, il s'aperçut médusé que le négatif révélait parfaitement le corps d'un supplicié que décrit l'iconographie chrétienne...
Ainsi débutera une nouvelle discipline : la sindonologie (étude du Linceul ou "sindon" en grec).

Ce court article tentera d'aller à l'essentiel sur la question de la réalité du linceul et de l'Être qui l'a habité et de trancher définitivement contrairement à l'avis de l'église catholique et ses tenanciers jésuites ! Des vidéos et des liens permettront d'approfondir le thème en question en laissant la parole aux spécialistes sur la question. Cet avertissement à trancher une fois pour toute entre relique ou icône a été posée par Arnaud Upinsky, épistémologue et grand connaisseur du linceul auprès du Pape François. Le silence de l'église en dit long sur l'engagement réel des autorités à défendre mordicus le vrai du faux. Les réponses possibles pouvant être identifiées par une étude poussée de l'ésotérisme chrétien,lequel, fût de tout temps renié et combattu de l'intérieur. Rien de nouveau sous le soleil donc disait l'Ecclésiaste ...Le Christ est venu apporter l'épée qui tranche le vrai du faux, la fausse nature (corrompue) de la véritable (spirituelle et éternelle).... L'avenir jugera de cette tiédeur malgré les faits établis !
Revenons d'abord au préalable sur ce que les données scientifiques authentiques et non celles vulgarisées ont établies. Et deuxio, les données ésotériques qui distinguent l'Homme Jésus du Christ-Logos dont parle St-Jean et que l'église a crû bon de condamner comme adoptianisme ou selon elle, passablement déformées par l'arianisme  :

EXOTERIQUEMENT :
  1. Que ce "sindon" ou linceul représente un homme qui a vécu un martyr tel que les Evangiles le relatent.(flagellation et supplice de la crucifixion)
  2.  Que l'image révélée agit comme un négatif en 3D impossible à reproduire et unique au monde.Ainsi, le Linceul s'apparente à un négatif photographique !
  3. Que l'image corporelle n'est en aucun cas une peinture,mais qu'elle résulte d'une oxydation acide déshydratante des fibres de  lin et qu'elle est très superficielle.
  4. Toutes les fibres ont la même couleur : jaune sépia.
  5. Que l'image sanguine vient de sang humain et elle traverse le tissu.
  6. Que le maintien à notre époque de la couleur rouge de certaines tâches est dû à l'exsudation de birilubine.

Non-visible à l'oeil nu :
  1. Des traces de myrrhe et d'aloès tels que St Jean le relate dans l'Evangile.
  2. Des traces de terre,moisissures..
  3. Des pollens, dont l'analyse montre des traces d'aragonite ( sur le nez, sous les genoux et les pieds de l'Homme du Linceul),une forme de calcite que l'on trouve notamment à Jérusalem.D'un chardon fréquent en Palestine,le Gundelia Tournefortii et qui aurait pu constituer la couronnes d'épines.Et d'autres de la région d'Edesse.Au total,sur les 58 espèces polliniques de plantes déterminées,45 venaient de plantes que l'on trouve en Palestine.
  4.  Des traces d'écriture en latin et en grec autour du visage du supplicié.
  5. Des traces de pièces de monnaie romaines sur les paupières du supplicié, frappées à l'époque de Ponce Pilate
  6. Sur le tissu: celui-ci est en sergé de lin dont le tissage en chevrons nécessita un métier à quatre harnais,tel qu'il en existait aux premiers siècles au Moyen-Orient, notamment en Syrie. Il n'y a pas de tissu ancien de ce type venant d'Europe,mais on en a trouvé en Egypte, datant des années 100 à 120 apr. J.C.
  7. Qu'à partir des ostensions de 1931 et 1933,le Docteur Barbet, chirurgien à l'hôpital de Paris fait une comparaison très précise entre les blessures visibles sur le tissu et les récits de la Passion. Il découvre notamment certains aspects anatomiques que personne n'avait envisagé, comme l'enclouage dans la zone des poignets, seul à permettre la tenue mécanique du corps, contrairement aux représentations traditionnelles.
  8. Un halo autour du visage... 
L'ensemble des conclusions est lisible dans l'ouvrage de Pierre de Riedmatten.Vous noterez que les échantillons et leur datations au Carbone14 qui n'ont pas été abordées ici sont sujettes à caution. Différentes hypothèses ont été avancées pour tenter de répondre aux dates rendues qui renvoient au Moyen Age absolument anachroniques par rapport aux autres données scientifiques et qui peuvent différer entre elles jusqu'à 104 ans.

ESOTERIQUEMENT
  • Selon l'ésotérisme chrétien, Celui qui s'incarna dans le corps charnel de J.-C. était le suprême Esprit solaire. Esprit du Feu sur l'ancien Soleil (a), ll est lié aujourd'hui encore au destin de notre terre. 
    • Etant intervenu et intervenant encore dans l'évolution de notre globe terrestre, cet Esprit, doué de la conscience la plus haute et la plus évoluée, cet Esprit véritablement solaire est le Logos,le Christ(... ) Quand notre terre en était à son incarnation solaire, l'entité du Christ était l'esprit central du Soleil. le Régent des Esprits du feu, le Maître de ce Soleil. Quand la terre dut se réincarner en Lune, le Christ évolua lui aussi, en accompagnant l'humanité sur ce nouveau globe, et c'est sur notre terre qu'il atteignit le suprême degré d'évolution et demeura auprès de nous sur notre planète. ll est ainsi le suprême Esprit planétaire de la Terre.
    • Cette Terre est aujourd'hui son corps, comme jadis le Soleil a été son corps; aussi devez-vous prendre à la lettre la parole de l'Evangile de St-Jean: <<Celui qui mange mon pain pose sur moi son talon ( me foule aux pieds), car la terre est le corps de Christ>> ( St-Jean Xl//,18). Et lorsque les hommes foulent la terre et mangent le pain que cette terre leur donne, ils foulent littéralement à leurs pieds le corps du Christ. Prenez cette parole à la lettre, comme, en général, on doit prendre à la lettre tous les textes religieux. L'entité du Christ a été le Guide des êtres spirituels qui se sont autrefois séparés de la terre en même temps que le soleil, afin d'agir du soleil sur la terre. On ne peut comprendre l'Entité du Christ si l'on borne son regard à l'évolution de la terre. L'Entité du Christ, c'est celle dans laquelle nous devons voir le Guide des êtres spirituels qui se sont autrefois séparés de la terre en même temps que le soleil et qui se sont créés un champ d'action plus élevé afin d'agir du soleil- donc du dehors- sur la terre. Si nous nous transportons dans les temps pré-christiques qui vont de l'époque où le soleil s'est séparé de la terre jusqu'à l'apparition du Christ ici-bas, voici ce que nous devons en dire: quand l'homme élevait son regard vers le soleil, il devait sentir, s'il avait la maturité nécessaire, ce que lui enseignait Zoroastre, c'est-à-dire que la lumière et la chaleur qui nous viennent du soleil ne sont que le vêtement physique des hautes entités spirituelles qui se trouvent derrière la lumière solaire; c'est en elles que se cachent les rayons de force spirituelles qui, venant du soleil, pénètrent dans la terre. Or, le Guide de tous ces êtres qui envoient ainsi leurs influences bienfaisantes du soleil vers la terre, c'est I'Etre qui plus tard a été appelé le Christ. Dans les temps pré-christiques, il ne fallait donc pas le chercher sur la terre, mais sur le soleil. Et Zoroastre avait raison lorsqu'il disait de celui qu'il appelait Aoura-Mazdao: << On aurait beau parcourir toute la terre, on ne trouverait pas cet esprit de lunière; mais regardons le soleil car celui qui y vit spirituellement, c'est Aoura-Mazdao et la lumière qui vient vers nous, c'est le corps de l'Esprit du soleil, d'Aoura-Mazdao, tout comme le corps physique de l'homme est le corps de l'esprit humain Mais à la suite de grands événements cosmiques, cet Être supérieur s'approchait toujours plus de la terre. Et Moïse,le grand précurseur du Christ, en eut la très nette révélation lorsqu'il vit l'éclair sur le Sinaï qui lui révéla le "JE SUIS ".
        • Le Christ, entité cosmique, a agi en la personne de Jésus de Nazareth. Tandis que Jésus de Nazareth, en tant que Christ-Jésus, marchait sur la terre de Palestine au cours des trois dernières années de sa vie, toute l'entité cosmique du Christ agissait continuellement en lui. Le Christ se trouvait toujours sous l'influence du cosmos tout entier, il ne faisait pas un pas sans qu'agissent en lui les forces cosmiques. Ce qui se déroulait là, en Jésus de Nazareth, était un accomplissement continuel des forces cosmiques zodiacales; car il se passait là, à chaque instant, ce qui n'arrive d'ordinaire qu'au moment de la naissance d'un être humain ( ...). Les forces qui agissaient en lui étaient les forces cosmiques qui venaient du soleil et des étoiles. Et ce que le Christ-Jésus faisait avait bien lieu en fait en liaison avec l'entité entière de cet univers auquel la terre se trouve reliée. C'est pourquoi dans les Evangiles, on trouve facilement indiquée la situation des astres, propre aux diverses actions du Christ-Jésus. Par exemple: << Or c 'était environ la dixième heure > >ou encore << Comme le soleil était couché, ils lui amenèrent les malades et il les guérit > >(...) L'évangéliste rend ainsi attentif au fait que cette guérison est en rapport avec l'ensemble de la situation des astres ( ...) Les forces du cosmos agissaient sur le malade à travers son représentant, le Christ(... ). Vue ainsi, la vie du Christ apparaît comme l'expression terrestre d'une relation précise entre le cosmos et les forces de l'être humain. 
         (a) D'après la théosophie chrétienne d'orientation anthroposophique, l'évolution de notre système solaire et de la Terre en particulier procède par 7 étapes ou incarnations successives. 3 étapes ont précédées : l'ancien Saturne,l'ancien Soleil,l'ancienne Lune, l'évolution de notre terre physique proprement dite qui récapitule et les étapes précédentes et perpétue son évolution ,pour aboutir dans le futur à un nouveau Jupiter, puis futur Vénus et une dernière étape : Vulcain.
        (Cette terminologie reste assez équivoque et hermétique quant à sa véritable origine. De quoi intéresser des chercheurs de vérité !)

          Les choses étant dites, les vidéos suivantes permettront de vous faire une idée précise et tranchée quant à l'état réel de ce linceul : relique (objet authentique, signe d'un évènement historique suprasensible ) ou icône ( représentation faussée,artefact récent).






          Il ne semble pas à ma connaissance que Rudolf Steiner ait mentionné directement le linceul de Turin au travers de ses conférences.Toutefois, dans :
          LA RADIOACTIVITÉ ET L’AVENIR DE LA TERRE. Auteur : Georg Blattmann. Éditeur : Triades. 150 pages – Format poche.
          Dans le dernier chapitre du livre, Le Saint Suaire de Turin, l’auteur explique que l'image en négatif du Christ sur le Saint Suaire aurait été provoqué par une décharge radioactive émanant du corps de Jésus de Nazareth au moment de sa Résurrection. Et le fait que l'image a la même intensité relative sur les deux côtés intérieurs du tissu (face et dos) exclut une source extérieure et confirme que l'image vient du corps du supplicié lui-même.

          Bibliographie sélective mais nécessaire pour poursuivre la recherche :
          le Saint Suaire de Pierre de Riedmatten
           http://linceuldeturin.info/
          La cosmogonie des Rose-Croix de Max Heindel
          La science de l'Occulte de Rudolf Steiner
          De Jésus au Christ (Rudolf Steiner - éditions triades )
          Toutes les conférences sur les Evangiles et l'Apocalypse de Rudolf Steiner
          Dictionnaire de Christologie de Maurice Nouvel

          Quant à ceux qui douteraient encore de son existence, par ignorance, paresse ou haine inconsciente, voici le lien qui met bout à bout tous les éléments factuels historiques et donc matériels qui entérinent sa réalité physique !
          http://www.info-bible.org/histoire/jesus.htm 


          Aussi vrai que la suprême conquête de l'homme est la parole, il est vrai que le règne animal, le règne végétal, le règne minéral sont tous issus du Logos. Tout est une incarnation du Logos, et de même que votre âme règne invisiblement en vous et s'est formé un corps pour s'exprimer extérieurement, ainsi dans le monde tout élément spirituel se crée le corps physique par lequel il s'exprime. Sous sa forme la plus pure, le Logos vit dans la lumière extérieure du soleil. Celle-ci n'est pas seulement de la lumière matérielle, mais elle est aussi le vêtement du Logos comme votre corps physique est le vêtement de votre âme (...)La lumière solaire est au Logos ce que votre corps est à votre âme. Par elle, une force spirituelle se déverse sur la terre. La lumière physique n'apporte pas seulement aux plantes la vie, si bien qu'elles périraient si cette lumière n'agissait pas sur elles; la lumière physique du soleil déverse avec elle l'amour ardent de la divinité sur terre; et les hommes sont là pour recueillir cet amour et y répondre.




          Michel Onfray (encore lui !) fossoyeur du Christianisme ? C'est pas gagné...Réponse de Jean-Marie Salamito à  sa diatribe idéologique contre le Christ  :


          Aucun commentaire:

          Enregistrer un commentaire