Accéder au contenu principal

Articles

L' anthroposophie comme chemin d' étude du spirituel ancré dans l'univers sensible

Mon âme sait qu'elle est immortelle. Mais vous taillez en pièces un cadavre et triomphalement vous clamez : "Où donc est votre âme et où votre immortalité ?  On a beaucoup répété — mais à part quelques cas très peu compris — que c'est seulement le semblable qui peut connaître le semblable. Si l'on comprenait cela, il y aurait beaucoup d'ignorance qui disparaîtrait. C'est seulement l'âme qui peut connaître l'âme, et dans chaque degré de l'être c'est seulement le degré équivalent qui peut reconnaître l'autre. C'est seulement le Divin qui peut connaître le Divin. Et c'est parce que nous portons en nous le Divin que nous sommes capables de Le voir et de Le reconnaître. Mais si nous essayons de comprendre quelque chose à la vie intérieure en nous servant de nos sens et de nos procédés extérieurs, nous sommes sûrs de n'aboutir qu'à un échec total et, aussi, à nous tromper totalement nous-mêmes. Ainsi, quand on s'imagine pouvo…
Articles récents

La scientificité de l'anthroposophie - Josh Schieren

La scientificité de l’anthroposophie Jost SchierenUniversité Alanus pour l’art et la société, Allemagne
Domaine de spécialité : science de la formation Résumé : La question du caractère scientifique de l’anthroposophie doit se confronter, d’une part, avec le problème de l’ésotérisme dans l’oeuvre de Steiner, que l’on ne peut pas prouver par les moyens des sciences naturelles, et, d’autre part, avec un essentialisme impopulaire au plan théorique et scientifique. Un accès scientifique à l’anthroposophie se trouve dans les écrits fondamentaux de Steiner traitant de la théorie cognitive. Le philosophe Herbert Witzenmann s’y rattache et développe une compréhension fondée au plan anthropologique de l’esprit et de la liberté. Celle-ci intervient à peine dans le discours actuel. En tant que solution à moyen terme du dilemme, l’offre existe de placer tout le poids argumentaire, non pas sur la preuve de la scientificité de l’anthroposophie, mais de décrire et d’employer des critères d’une maniè…

Serge Prokofiev et La Philosophie de la Liberté

Serge Prokofiev et La Philosophie de la Liberté par Lucio Russo
Avec l'aimable autorisation de Daniel Kmiécik


Nous avons toujours apprécié les travaux de Serge Prokofiev (en particulier Les sources spirituelles de l’Europe Orientale et Les Mystères futurs du Saint Graal) (1); en lisant son dernier livre, consacré au rapport entre l’anthroposophie et La Philosophie de la Liberté, nous avons cependant ressenti inopinément un malaise dont le motif n’est devenu clair pour nous lorsque, une fois parvenu à « l’épilogue », nous sommes tombé sur l’affirmation suivante: « Le lecteur qui a eu la patience de lire cet ouvrage jusqu’à la fin, se sera aperçu qu’il s’agit ici d’un accès à la Philosophie de la Liberté complètement différent de celui habituel dans la très vaste littérature qui concerne ce sujet. La raison se trouve dans le fait que la majorité des oeuvres sur la Philosophie de la Liberté cherche à comprendre ce livre dans le contexte général de l’œuvre initiale de Rudolf Steiner, p…

Un témoignage de l'humanité de Rudolf Steiner par Andrei Belyj

"Verwandlung des Lebens", un livre sur Rudolf Steiner qui a été écrit par Boris Bugayev, un éminent poète symboliste russe qui a écrit sous le pseudonyme d'Andrei Belyj, a été publié longtemps après la mort de l'auteur dans une traduction allemande, mais n'est jamais apparu dans Le russe, la langue dans laquelle il a été écrit en 1928. Belyj a passé quatre ans en Allemagne de 1912 à 1916, pendant ce temps en assistant à autant de conférences de Steiner que possible. Après la révolution russe, il a pu retourner en Occident avec un visa temporaire, mais il a été obligé de rentrer chez lui en 1923. Il est décédé prématurément en 1934, avant la pire des purges par Staline.Son appartement à Berlin était comme un poste de commandement. Tous les pensionnaires de la maison, au-dessus et au-dessous de l'appartement de Steiner, se précipitaient d'un étage à l'autre avec des papiers et des copies, cliquetaient sur des machines à écrire et faisaient…