Rudolf Steiner et Alexander von Bernus : deux frères du rite égyptien ( Apis )






Sur l' épisode terrestre de Rudolf Steiner (1861- Kraljevicz Dornach 1925) tout a été dit et beaucoup écrit . Fondateur de la Société anthroposophique et de ce vaste système qu'il a appelé « science spirituelle d’orientation anthroposophique" , Steiner durant sa vie a pris soin de nombreux sujets: la science, l'éducation, l'art, la philosophie, l'agriculture, la médecine (en collaboration avec le Dr Ita Wegman , néerlandaise), la religion qu'il devait visiter et étendre en fonction de la vaste connaissance ésotérique acquise à travers une expérimentation directe dans le domaine de l'étude des grands systèmes supra-sensibles attentifs à ordonner la Sagesse de l'Est et de l'Ouest.

Steiner était un occultiste dans le vrai sens du terme , en connexion avec la voie ésotérique "rosicrucienne" dont l'exposant visible, au début de la Renaissance, était l'entité connue sous le nom de "Christian Rose Croix", anneau central d'une chaîne qui inscrit les noms d'Elie John, Böhme, Paracelse, Basile Valentin, Valentin Andreae Ioannes, Robert Fludd, Cagliostro, le comte de Saint-Germain et d'autres.

Steiner fût marqué au départ , spirituellement par l'étude des travaux scientifiques de Goethe, le grand génie allemand qui, comme chacun sait, était un franc-maçon fervent et au nom duquel Steiner dédia le siège, qui existe encore, de la Société universelle anthroposophique à Dornach, en Suisse, l’appelant "Goetheanum", imposant bâtiment, qu'il a conçu et construit, d'abord en bois puis en béton armé.

Grâce à la rencontre personnelle ultérieure avec deux grands penseurs allemands, Haeckel et Nietzsche, Steiner est venu à la conclusion qu'au-delà des "limites", imposées par la pensée scientifique matérialiste, il y avait un monde spirituel qui devait être étudié,  d’être approché avec le même méthode utilisée par la pensée scientifique et philosophique moderne, à partir de la seule option qui est certainement la propriété de l'homme occidental du temps présent: la pensée ! En développant une «libre pensée libérée des sens", qui rend possible au chercheur de prendre contact avec les mondes supérieurs . Ce n’est pas par un résumé, mais à travers une série d'exercices psycho-spirituels que Steiner donnera, à un moment, aux membres de la soi-disant "classe ésotérique» plus tard.cette disposition à cultiver.

La réunion de Steiner avec le courant d’H.P. Blavatsky, fondatrice de la Société Théosophique fût décisive. Steiner est devenu familier avec ce courant porté par la Russe visionnaire pour devenir le secrétaire général de la Société Théosophique de l'Allemagne. La rencontre idéelle avec Blavatsky lui a permis d'approfondir l'étude de la spiritualité orientale, en particulier le bouddhisme et l'hindouisme, pénétrer la doctrine du karma et de la réincarnation ainsi que celui des «corps subtils » et des centres de l'énergie ou "Chakras". Steiner était toujours reconnaissant à l’endroit de madame Blavatsky de toute la connaissance qu’il a pu acquérir grâce à elle et, en dépit de certains aspects plutôt "extravagants", la méthode spirituelle de recherche utilisée par cette femme de la noblesse russe (probablement le résultat d'une certaine prédisposition médiumnique-lunaire, cependant,), il a toujours reconnu le grand sérieux et une expertise considérable dans le spirituel.

Mais, à la mort de Blavatsky, la direction générale de la Société Théosophique a été prise par Annie Besant et le colonel Olcott, qui en 1909 ont affirmé avoir identifié la réincarnation de Jésus-Christ dans un enfant en Inde qui a pris le nom de Krishnamurti. A partir de cet occultisme rigoureux et sérieux qui était le sien, Steiner ne digéra pas cette plaisanterie, quitta la Société Théosophique et fonda précisément la Société anthroposophique. Notez, d'ailleurs, que de nombreuses années plus tard Krisnhamurti officiellement nia être la réincarnation du Christ, jetant la consternation chez les théosophes imprudents à travers le monde qui avait donné du crédit à cette folie.

Steiner passa le reste de son existence à diffuser, à travers ses écrits et un travail inlassable de conférences, les pierres angulaires de la pensée véritablement synthétique anthroposophique entre les systèmes spirituels de l'Est et de l'Ouest. Selon Steiner, en fait la décadence spirituelle de l'Occident doit être retracée jusqu’aux Conseils chrétiens de Nicée et de Constantinople, lorsque la doctrine de l'Église primitive élimina les principes de la réincarnation, tout en niant l'existence de l'Esprit et donc contredit en substance le principe tripartite SOMA ( corps )- PSYCHE – NOÛS et de dire, cependant, que l'homme est constitué par le corps et l'âme et tout ce qui relève de l'esprit doit être compris seulement comme "certaines catégories de l'âme."

Ces conclusions auraient irrémédiablement éliminé de l'église chrétienne (et plus tard catholique) tout christianisme ésotérique réel, mais il aurait, cependant, survécu dans le gnosticisme et le néoplatonisme à la Renaissance de Pic de la Mirandole, Marsile Ficin, John Dee et Giordano Bruno (ce dernier , fût brûlé vif comme hérétique dans le champ de fleurs).

Comme vous pouvez l'imaginer, Steiner a été violemment attaqué par les Églises protestantes et catholiques et surtout la Compagnie de Jésus qui orchestra une véritable campagne de dénigrement contre lui. Rien de tout cela  n’entailla l'impassibilité sereine de cet Initié, qui s’est poursuivie sans relâche ( bien que des menaces de mort réels ont abouti à l'incendie criminel du premier Goethéanum) dans sa mission de gagner l’assentiment et des « élèves » à travers le monde.

Parmi ses disciples italiens : Giovanni Colan, Arturo Onofri, le duc Cesarò alias " LEO ", " Oso " et " Krur " du célèbre groupe d'Ur, fondé et dirigé par Mason et le pythagoricien Arturo Reghini (alias " Peter Negri " ), et qui comptèrent parmi ses membres aussi Julius Evola (alias " Ea " et " Iagla"). Sur le chemin maçonnique Steiner fut très peu prolixe: les seuls indices présents dans son autobiographie (. "My Life" Ed Antroposofica-Milan), nous les trouvons dans le chapitre 36, où le Maître fournit des explications maigres concernant sa propre composition "à une entreprise qui appartenait au courant représenté par Yarker et avait soi-disant des formes maçonniques élevées ou " diplômes de haut niveau".

Comme nous le savons du frère Giuseppe Garibaldi, à Naples en 1881, celui-ci réussit à unifier les deux Rites de Memphis et de Misraïm en un rite appelé juste "Memphis et Misraïm. ", le héros des deux mondes assuma la charge de Grand Hiérophante universel à laquelle proclamation participèrent l'Italie, les États-Unis, l'Egypte, l'Argentine et la Grande-Bretagne dont le grand Maître était Yarker, titulaire d'un permis délivré en 1872 par Seymour, Souverain grand Maître de Memphis aux États-Unis.

http://misraim3.free.fr/franc-maconnerie/memphis_misraim_bricaud.pdf


John Yarker


En 1902, le même Yarker est nommé grand Hiérophante Universel du Rite unifié, après la mort de Garibaldi, le dernier cas s’étant produit en 1882 et plus tard lors d'une période assez confuse grâce aux événements provoqués par les notes de lutte contre la mystification maçonnique générée par Léo Taxil.

Maintenant, Yarker a également occupé le poste de directeur de la Société Théosophique et dit être dans une relation étroite avec HP Blavatsky qui était à son tour très attaché au général Garibaldi, ayant même été plus tard dans la bataille de Mentana. Parmi ces deux dernières personnalités exista une profonde communion spirituelle basée sur le respect mutuel absolu et un véritable amour fraternel.


Garibaldi

Rudolf Steiner n’ pu connaître personnellement, Garibaldi mais fût amené à communiquer sur lui, avec une véritable déclaration de vénération dans la mesure où "Il (Garibaldi) fut idéalement et spirituellement à l'Italie ce que le légendaire roi Arthur fut pour Angleterre ".

Steiner, à la suite des conférences ensuite recueillies en six volumes intitulées "Le Karma ", vint à affirmer que cette haute personnalité spirituelle du grand héros était la pierre angulaire sur le plan subtil afin que puissent être mis en mouvement ces forces «occultes » qui ont permis l'Unité de l 'Italie. Il convient de noter, par ailleurs, que ceux qui nourrissent quelques doutes quant à la grandeur spirituelle de Garibaldi, devrait lire son testament spirituel et bien réfléchir à la signification ésotérique de la couleur "rouge" qui, comme cela est universellement connu, a été choisi par le général comme la couleur des célèbres chemises de sa milice.

Rappelez-vous que Steiner a été un Autrichien, ce citoyen de cet empire contre lequel Garibaldi a vaillamment combattu toute sa vie et ce malgré l'état fragile empire austro-hongrois soit resté debout, jusqu'en 1918, bien qu'il ait agi davantage comme un citoyen observateur fidèle et scrupuleux des lois de l'État, nous avons ici un exemple de la façon dont les liens spirituels sont plus forts que tous les autres, malgré le pays, la race, la religion ou la famille.

Ainsi, Steiner a reçu une licence du Rite de Memphis – Misraïm par Yarker, recevant en même temps, par le Grand Hiérophante, la demande de tenir certaines conférences au profit des frères du Rite. Finalement, Yarker, lui remit une patente du rite unifié et de cette initiative, Steiner, lui demanda de faire une réelle "rectification ésotérique» dans les loges du Rite.

Mais revenons à l'accord précédent entre Steiner et Yarker: Le maître autrichien est allé présenter avec dévouement et enthousiasme avec sa propre démarche entre 1904 et 1905, enjouant les Frères Allemands avec de belles conférences qui furent alors recueillies en deux volumes : " la Légende du Temple» et « Nature et objet de la franc-maçonnerie."


Cagliostro


Dans ces conférences le Frère Steiner explique les significations les plus cachées de la maçonnerie et de son symbolisme, en expliquant très clairement (conférence tenue à Berlin 16 Décembre, 1904 ) le sens réel et la véritable origine des Rites de Memphis et Misraïm, rapports entre ces derniers et le Grand Cophte (le comte immortel de Cagliostro ), la relation entre ce personnage et la non moins célèbre comte de Saint Germain et la somme de sagesse spirituelle de l'Egypte ancienne.

                http://wn.rsarchive.org/Lectures/GA093/English/RSP1985/19041216p01.html

                                                    http://www.ledifice.net/K020-6.html

Notez, par ailleurs, que, dans nombre de ses œuvres , Steiner a insisté pour mettre en évidence les similitudes occultes entre notre ère de civilisation et celle de l'Egyptien de cette époque .

Dans la pratique, les temps modernes viendrait à devenir de véritables expériences spirituelles dont certaines ont été semées au cours de la civilisation égyptienne antique dont les pousses sont visibles maintenant Lors de ces conférences et dans le travail de certains rites des Loges, Steiner a rencontré un jeune poète génial et précoce étudiant en Alchimie et Spagyrie: le Baron Alexander von Bernus (1880- 1965).

Le baron Alexander Von Bernus était une grande figure de l'alchimie au début du XXème siècle. Il naquit le 6 février 1880 à Aeschach (Lindau) et mourut le 6 mars 1965. Il fut considéré comme l'un des grands poètes de son pays et fut membre de l'Académie de Langue et de Poésie.

Il fit sa première présentation littéraire et artistique au public alors qu'il était encore un étudiant. Il est devenu l'éditeur du magazine littéraire "Die Freistatt " pour qui ont écrit des auteurs renommés qui, au cours du siècle avaient rendu célèbre la région de Munich Schwabing. Parmi eux les plus connus, Karl Wolfskehl, Ricarda Huch, aussi Lasker-Schüler Frank Wedekind, Franz Blei, Rainer Maria Rilke, Paul Scheerbart, Stefan Zweig, Thomas Mann et Hermann Hesse, avec qui Alexander von Bernus a eut des rapports amicaux durant des années. Jusqu'en 1926 il a gardé ouvert spécialement pour eux sa résidence de Stift Neuburg dans la région proche d'Heidelberg, pour servir d'endroit de réunion et de travail durant les mois d'été.

A l'âge de 23 ans, il a présenté ses propres travaux littéraires au public.
En 1912 il a rencontré Rudolf Steiner et une amitié proche s'est développée entre les deux hommes jusqu'à la mort de Steiner.
De 1916 à 1920 il a publié le magazine "Le Royaume" pour lequel Steiner était un des plus importants contributeurs.
Il fit également un travail important de composition de prose dans les domaines de l'alchimie et des sciences naturelles: "l'Alchimie et l'Art de la Guérison".

À côté de son travail littéraire Alexander von Bernus a consacré beaucoup de temps aux recherches en alchimie et en science naturelle. Dans les années 1921 il a fondé son propre laboratoire d'alchimie et de spagyrie dans lequel, durant plusieurs dizaines d'années de travail considérable, il a développé plus de trente substances curatives. C'est en 1930, qu'il éditera son ouvrage magistral : "Médecine et Alchimie". Von Bernus fait évoluer l'ancienne tradition alchimique qui avait perdu sa continuité après Paracelse. Par un chemin pratique, il a redonné aux sciences naturelles leurs dimensions spirituelles et les résultats de son travail débouchèrent sur des substances curatives très efficaces.




Ce frère était en lien avec Steiner dans une relation d'amitié et d'insatiable disciple initié. Les visites du Maître à Neuburg, domaine ancestral de la famille von Bernus ancienne (également lié à Goethe), sont devenues très fréquentes. C’est sur ce domaine que Steiner a obtenu de lui le silence et de se concentrer, sur ce qu’il devait écrire par la suite , notamment les «Commentaires sur Les noces chymiques de Christian Rosenkreutz" du grand Valentin Andreae, fournissant à von Bernus les conseils éclairés que le baron mettrait en pratique, dans la constitution de sa «Maison Spagyrique » à laquelle il donnera le nom de « Soluna » et qui produit encore certains actifs spécifiques de nombreuses maladies.



Selon ce qui nous a été dit personnellement par la veuve du baron von Bernus, Mme Isa Oberlander, que nous avons rencontré en 1990, un troisième personnage était souvent présent lors des réunions entre Steiner et von Bernus : Celui-ci était le grand écrivain et occultiste Gustav Meyrink ( l’auteur de certaines œuvres célèbres comme «Le Golem», " The Green face ", " l'ange de la fenêtre de l'Ouest "), qui procura au baron quelques œuvres rares de l'Alchimie, écrits par Paracelse, Arnold de Villeneuve, Raymond Lulle ou Cornelius Agrippa .

Ces travaux avaient certainement leurs effets et la compréhension profonde de von Bernus, comme cela est clairement compris à la lecture de son « Alchimie et médecine" (Ed. Mediterranee-Rome),  montre une grande maîtrise de la connaissance alchemico- spagyrique. Le frère généreux a voulu mettre au service de la souffrance des autres ces connaissances (le grand rival fût Kremmerz) à travers le développement d'un Spagyrie curative.

A la mort de Yarker, qui a eu lieu en 1913, Steiner et von Bernus déclinent toute collaboration avec Reuss et donc se retirent du Rite tout en continuant à rester dans une grande familiarité mutuelle jusqu'en 1925 année de la mort du grand autrichien .


" Au printemps de 1906, Reuss a émis un mandat pour une Loge de Memphis Misraïm & « mixtes ». Le destinataire était Dr Rudolf Steiner qui avait été Secrétaire général de la branche allemande de la Société Théosophique depuis 1902. Steiner n'a jamais été un théosophe dans la tradition de Blavatsky-Adyar et était déjà en des termes mal à l'aise avec Annie Besant. Lui et plusieurs de ses disciples rompirent avec la Société Théosophique en 1912 quand il a fondé la Société anthroposophique universelle influente par la suite. Selon l'annonce l'Oriflamme : 36.
 Dr Rudolph Steiner, 33°, 95°, de Berlin et les frères et sœurs qui lui sont associées ont été autorisés pour former un Grand Conseil et un chapitre sous le titre « Mystica Aeterna » à Berlin. Dr Steiner a été nommé Grand-maître adjoint ayant compétence sur les membres déjà reçues ou à recevoir par lui. La Sœur Marie von Sivers (épouse de Steiner plus tard) a été nommé Secrétaire Grand général pour les loges d'Adoption.


(Dans son autobiographie posthume Steiner (The Story of my Life, 1928) est allé très loin pour minimiser l'importance de ses relations antérieures avec Reuss et affirmé que « cette section symbolique culturelle du mouvement anthroposophique a pris fin au milieu de 1914. »)"voir lien suivant : http://freemasonry.bcy.ca/aqc/reuss/reuss.html
En outre, Steiner était un collaborateur régulier du prestigieux magazine " Das Reich" dirigé par von Bernus, qui a contribué à plusieurs articles, écrites par d'autres personnalités très prestigieuses comme Rilke et Emil Bock. À un moment donné, von Bernus a également demandé à l'enseignant de construire le Goetheanum dans sa propriété située au Donaumünster à la frontière entre la Bavière et le Souabe, mais celui-ci refusa l'invitation en prédiction ce qui se passerait un peu plus tard en Allemagne; C’est ainsi que le Goetheanum a été construit en Suisse.

Cependant, la tourmente nazie ménagera souvent le baron von Bernus, tout comme la maison Spagyrie " Soluna", malgré l'alchimie, son libéralisme anti-totalitaire allemand déclaré et son appartenance connue à la franc-maçonnerie. Il est arrivé que le dirigeant nazi Herman Goering expérimenta avec des produits fortement bénéfiques " Soluna " certains de ses maux physiques : il suffisait que l’influence du personnage empêchât que von Bernus soit inquiété ou détourné de ses études alchimiques, qui ont continué tranquillement dans la propriété du Donaumünster où le Baron a vécu jusqu'en 1965 et où il est toujours le siège de la " Soluna ". Son art a été condensé et exprimé non seulement dans le fameux « Alchimie et médecine", ainsi que dans d'autres œuvres importantes, y compris le recueil de poésie «Gold um Mitternacht" et la comédie ésotérique "Spiel um Eulenspiegel" malheureusement jamais traduite en italien .

L'art de von Bernus descendu directement à partir de ces idées cosmosophistes étaient présentes dans la pensée de Hildegard von Bingen, Paracelse et Jacob Boehme.

Grâce à une conception gnostique-ésotérique du monde , vient la compréhension subtile des forces qui agissent dans la nature: les forces positives qui se produisent dans les forces des plantes et des métaux, par opposition aux forces destructrices qui se produisent dans d'autres. Donc, dans les coulisses du monde visible il y a un entrelacement plus invisible d’avec les énergies subtiles et de la vie, ainsi que dans l'homme sur son corps physique, charnel, suscitant d’autres entités subtiles de la nature selon l'enseignement connu de la " Table d'émeraude " (Catacombes).

L'étude de ces forces permet la préparation de produits capables d'éveiller les pouvoirs de guérison au sein de l'organisme sans aggraver les conditions et de s’assurer que le corps est de même, pour ainsi dire, le "réorganiser". L'éveil des pouvoirs de guérison qui mène à la résolution du dysfonctionnement dans le corps peut être définie comme une langue scientifique moderne renforçant les défenses immunitaires de l'organisme.

Inversement, on peut dire dans la réalité que les produits Spagyriques n’agissent pas directement sur l'organisme en désordre, mais ils sont faits pour amener (ou rétablir) les conditions des pouvoirs pour mener à bien leur tâche spécifique; à savoir le rétablissement et le maintien de la santé. L'usage des métaux et des plantes Spagyriques utilisées pour la préparation de médicaments rend possible l '«ouverture» la plus complète des matières premières, ces ondes peuvent être absorbées et assimilées par le corps sans ces effets secondaires autrement inévitables.

Ces enseignements ont déjà été enseignés dans les anciens sanctuaires Egyptiens, lorsque le médecin a été, en même temps, Prêtre et sont à la base même de l’enseignement ésotérique du Divin. Cagliostro avaient souvent dédié aux soins des malades une distribution Spagyrique gratuitement préparée par ses soins. Par ailleurs, dans l'histoire de la Rose-Croix n' apparaît-t-il pas fréquemment  le libre exercice de la médecine ? Et n’étaient-ils pas médecins les Paracelse, Nostradamus, et Robert Van Helmont , ou Fludd ?

C’était donc l'histoire du rite égyptien en Allemagne et ces personnages qui nous animaient. Pour eux, comme pour tous les Maîtres du passé, va notre dévouement indéfectible et de gratitude pour ce qu'ils ont fait, et font encore, à la construction du Temple Immortel.

                                                                                                                     Mercredi 10 Janvier 2007



                                                                                                       http://www.memphismisraim.it

 http://bigtree11.blogspot.fr/2011/05/rudolf-steiner-alexander-von-bernus.html
                                                                                                      

liens externes pour aborder l' alchimie :

http://www.jefflemat.fr/autres/208_fulcanelli.pdf
http://portaelucis.fr/html/textes.htm
http://www.parareligion.ch/rituals.htm
http://888spiritualscience.blogspot.fr/2007/10/max-heindel-as-etienne-dulac.html
http://trinosophie.info/zeitgeschehen/solunate-nach-bernus-starke-nummern/2007/10/08
http://www.soluna.com/html_e/characteristic/alchemy.html
http://hermetisme.over-blog.com/article-27534880.html
http://www.labirintoermetico.com/01Alchimia/Maveric_J_Medecine_hermetique_des_plantes.pdf 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

De Zoroastre à Jésus de la lignée de Salomon et la visite des Rois-Mages (épiphanie)

Michel Onfray, fossoyeur de la biodynamie ?