18 - L' Allemagne et les deux guerres mondiales : centenaire d'une tragédie européenne



       L’Allemagne et les deux guerres mondiales

 

L'ennemi de mon ennemi est mon Ami !

Il n'est pas rare d'entendre les anthroposophes faire l'objection suivante : Pourquoi devrions-nous nous préoccuper des éléments des décors extérieurs - plutôt que de ce qui se passe en coulisses —? Dieu est plus puissant que n'importe quel décor ! — Il s'agit essentiellement d'une objection de l'âme de sentiment qui — l'expression brute peut être autorisée ici — a peur du contact avec l'âme de conscience, comme le diable a peur de l'eau bénite. Mais pour parler de Dieu et rester au sein de l'âme sensible signifierait en parler sentimentalement est un non-sens qui n'a absolument rien à voir avec Dieu. Certainement, Dieu est Tout-puissant, mais nous devons savoir et examiner exactement comment sa force se révèle à différentes époques, et dans les différentes nations et les inspirations individuelles humaines. Dieu attend cela de nous ! Nous ne pouvons pas aimer Dieu selon notre propre imagination, car cela pourrait pour être plus de l'amour que nous portons vers nos propres faiblesses.

Seulement si nous appréhendons les excellentes relations réciproques dans l'histoire spirituelle de l'évolution et l’histoire du monde — pas seulement abstraitement, avec notre intellect, mais avec un cœur rempli de compassion, nous pouvons parvenir à la sphère de l'âme de conscience, et se révélera alors le secret de la relation réciproque entre Dieu et l'homme.

C'est l'un des fondements méthodologiques du Goethéanisme, qui comprend aussi la science des faits historiques.


Le thème interdit



Si ce qui a été dit dans ce livre, pour certains lecteurs, n'est qu'un jeu conceptuel ou une joute verbale, un flot d’information largement anachronique, il est inutile pour eux de continuer. Cela ne ferait qu’irriter leurs nerfs et perturber le confort construit par de longues années de politique et de conformisme occulte dominant. Confort intérieur et extérieur à tout prix : ce principe existentiel n'est respecté par le modus operandi européen qui — alors que nous entendons assez souvent dans l'Ouest — ne poursuit le travail anthroposophique que comme un hobby. Et si la Société anthroposophique universelle et toutes les initiatives anthroposophiques, si les livres de Rudolf Steiner même venaient à disparaître, l’auteur changerait-il simplement son passe-temps à collecter des timbres ou des autocollants, cela ne signifierait pas pour autant que cette personne n’en demeure pas moins à rechercher le Bien en l’homme ! Non, son problème (qu'il partage avec de nombreuses personnes dans l'Est) est tout autre : il n'a tout simplement pas développé l'organe qui lui permettrait de comprendre pourquoi le destin de l'humanité dépend de la destinée de l'Anthroposophie. Pour lui, la communication spirituelle-scientifique, par exemple, que chaque idée erronée, en particulier dans l'âme d'un être humain qui a « entassé » en lui-même une grande quantité de connaissances occultes, apporte comme destruction dans le monde de l'esprit, des hiérarchies, n'est pas plus que des mots vides auxquels il hoche la tête parfois. Mais rien ne se passe dans le « miroir » de son âme, pas la moindre «agitation». Ce qui est dit n’est pas seulement une critique, mais comme une invitation à comprendre la situation lorsque — comme Rudolf Steiner dit — peu à peu les forces du mal seront affichées.

Dans ces conditions, cependant ; l'être humain est naturellement, dans toutes les sphères, beaucoup plus enclin à céder au mal plutôt que de s'engager dans la bataille de placer ce qui lui apparaît bon au service du développement harmonieux de l’humanité.. Sans cela la sixième époque post-Atlantéenne, l'époque Slave-germanique, culturelle, ne pourra remplir sa tâche, qui consiste surtout en une perception continue du monde spirituel et ses impulsions spirituelles. Connecté en particulier à cette tâche par rapport au mal dans la 5 ème période post-atlantéenne, une certaine forme d'assombrissement personnelle , peut survenir pour l'être humain (19 novembre 1917, GA 178). On n'a pas besoin d'être un grand occultiste pour saisir, à l'issue du XXème siècle, que l'assombrissement « personnel » a déjà commencé et se répand comme une épidémie.

N’est-ce pas le devoir de ceux qui n'ont pas succombé à cet assombrissement pour aider les autres d’éviter ce destin tragique ?

Nous ne voulons pas de ces gens qui détruisent consciemment l'anthroposophie — de l’extérieur ou de l'intérieur. Ceux-ci nous pouvons les aider uniquement en les empêchant à faire du mal. Mais tous les autres sont appelés à sauver le monde par le biais d’une vraie compréhension. Une des questions essentielles à cet égard est l'oppression spirituelle de l'Europe centrale. De lui-même, l'auteur pourrait dire qu'il est loin d'approuver tout ce qui est allemand. Il déteste trop l'allemand dont la rectitude maladive l’a empêché de lancer coûte que coûte un appel aux Russes (Marie Steiner elle-même fera référence dans l'édition russe de la théosophie). Mais il comprend aussi l'autre côté, à savoir que les Russes ont de trop nombreux traits qui peuvent être détestés par les autres nations. Cela ne serait pas un sujet fondamental pour la conversation à un moment où le danger croît que les cultures du monde perdent leurs connexions communes parce qu'elles sont portées vers le bas et dissociées de leur origine spirituelle, et le danger existe donc que l'impulsion culturelle de l'Europe centrale soit entièrement éradiquée ? Tout cela n'est bien sûr pas seulement dû à une conspiration de forces obscures. L’antipathie envers la personnalité autonome est en croissance partout dans le monde. L'émergence individuelle du «je» suscite rivalité et opposition. Alors qu'il était au Moyen-Âge, que la confrontation d' ego finisse dans un duel avec la lance, les 'Gantelets' sont en permanence "jetés" dans notre siècle, sous une forme différente.

La vie dans la Société anthroposophique est pleine d'exemples. On peut noter à chaque étape qu'au plus faible, au plus spirituellement impuissant, est donnée la préférence, non pas avec les meilleures intentions, mais tout simplement parce qu'il est plus facile de les traiter. Presque personne ne trouve intéressant un anthroposophe indépendant. Il est plus susceptible d'être vu avec antipathie, surtout si dans le même temps, il n'a pas de pouvoir ! Ce qui se passe dans les relations entre les individus est reporté dans les relations entre les peuples. Il est facile d'attiser l'antipathie envers les Allemands, tout simplement parce que dans tout ce qu'ils s'efforcent de faire, ils décident de s'en remettre entièrement à eux-mêmes, à leur propre JE . Que le résultat soit dans tous les cas noble ou parfait n'est pas important. Il est dommage que presque tout le monde, même la personne qui ne sait rien de la philosophie, acquiesce volontiers quand Hegel est appelé philosophe « teutonique» (en russe, il sonne presque comme «cambrioleur») , quand Nietzsche est traîné dans la boue, et d’autres anecdotes insipides sur Goethe … Je me souviens d'un incident dans les années soixante-dix au début, lorsque, lors d'un concert au Conservatoire de Moscou, plusieurs Juifs ont quitté la salle en signe de protestation parce que la musique de Wagner devait être exécuté . La conscience triviale est facilement influencée par une idéologie qui sait comment exploiter l'ignorance humaine.

C'est seulement en raison de ce que l'idée a été imprimée dans la conscience des gens que les Allemands ont été préparés pour des siècles vers le national-socialisme et restent toujours ses adeptes secrets. L’ implication est simple : " Nous devons garder une prise ferme sur eux et sans cesse les battre sur la tête - sinon directement, du moins au sens figuré - pour qu'ils s'endorment dans un état de demi-conscience." Cette condition est appelée «rééducation». Qui dans le monde entier (y compris l'Allemagne, bien sûr) voudrait être à la fois dérangé avec le fait, déjà observé par Mark Twain, que la langue allemande ne contient que très peu de jurons agressifs ? Par rapport à l'Anglais : boom, éclater ( burst) , accidenter ( crash), coup (roar), le tonnerre (thunder) exploser ( explode), dit-il, les équivalents allemands sonnent comme une berceuse !

Dans la même veine , Fritjof Haft, professeur à l'Université de Tübingen, écrit dans son livre Introduction à la formation juridique (Bielefeld 1988):
" il existe une sphère où la langue allemande est d'une force d'expression, c'est-à-dire lorsqu'elle porte sur des choses comme l'amour, la famille et la nature. En même temps, même la brosse à dents en anglais a une plus grande intensité sonore que le mot allemand "Ausbruch"». Cela vaut sûrement que l’on prenne la peine d’y réfléchir. En effet, comment une telle « anomalie » est-elle possible ? Comment une telle nation avec une tendance criminelle « innée », avec une disposition « génétique » à la propagande belliciste, n'a pas créé la contrepartie linguistique de cette attitude ?

Au contraire, la langue de ce peuple contient les nuances les plus étonnamment fines pour la description de l'expérience de l'amour, la nature et les relations familiales ! Mais il n'y a personne à notre époque qui veut réfléchir à cela. Nous préférons suivre l'antipathie totale terne propagée par les instruments suggestifs de la culture et de l' information de masse, non seulement envers les allemands, mais aussi vers l'esprit de l'Europe centrale en général." La presse présente ces attitudes comme un processus naturel de développement dans une société démocratique. Tout ce qui tient à faire son chemin à la connaissance des gens , est rejeté comme « théorie du complot ». Une théorie est une théorie — certains l'aiment, d'autres non. Il ne peut pas en être autrement.Et combien existe-t-il de théories ! Et chacune d'elles, même les plus absurdes, trouvent encore des partisans. Ces choses sont aussi relayées par la presse anthroposophique, et le fait est qu'il existe toutefois, des dizaines de cycles de conférence par Rudolf Steiner sur la symptomatologie historique !

Une variante particulièrement amusante sur la « théorie du complot » est au n ° 32 de la Hefte Flensburger, basée sur l'argument simpliste suivant : " une société secrète est une société inconnue !"

Par conséquent nous n'avons pas le droit de parler du secret des loges maçonniques, des « Bilderbergers », « Trilaterals », etc., car elles existent tout à fait publiquement. Comme historien empirique—C. Lindenberg résume cette ligne de pensée, je préfère donc ne pas présenter les hypothèses au sujet des sociétés secrètes dans la discussion, parce que ce faisant, on place un modus-operandi dans le monde, qui est logiquement applicable à toute chose.

" En tant qu'historien scientifique je dois rejeter cela. »

On est tenté de lui demander : " Herr Lindenberg : si un «chef-opérateur » n'était pas placé dans le monde, que pourriez-vous dire de cette « hypothèse » ?"

Mais par quelle sorte de travail historique empirique est-ce que nous pourrions rechercher l'interprétation des faits qui dépendent des affaires politiques ? Quelle est la signification de ce manque de logique ? Ce qui est secret, est inconnu ; par conséquent, rien ne peut être dit à ce sujet !
C'est comme si une pierre vise à la tête de quelqu'un, mais parce que la pierre est enveloppée dans une serviette personne n'ose en parler, car elle n'existe pas de manière empirique, elle est invisible. Et si quelqu'un vise à la tête d'une personne on arrive à le détester, puisqu’il suffit de s’en tenir «strictement» au principe de l'empirisme scientifique, afin d'exposer cette tête à l'assaut de la «pierre». - Comment il est simple d’aimer faire les choses selon son point de vue ! Le mode de réalisation idéale de ce travail empirique «scientifique» est la politique de l’autruche proverbiale qui tente d'éviter un danger imminent en enterrant sa tête dans le sable. On ne sait pas ce qu’un scientifique de ce genre peut avoir à faire avec la science spirituelle. Ici une grande affaire n'est pas empiriquement donnée - en ce sens que nous ne pouvons pas voir, entendre, photographier, etc (c'est ainsi que Lénine le définit d'ailleurs), les esprits des peuples pour exemple - ce droit est-t-il possible d’être appréhendé par un historien empirique pour parler d'eux?

L'historien positiviste est au moins honnête quand il déclare qu'ils soient une absurdité totale. Nous pouvons aussi le comprendre quand il parle de «contradictions» dans les communications de Rudolf Steiner, parce que le mot «initié» a une signification inconnue pour lui. Rudolf Steiner n’en était pas moins une autorité que les «opérateurs» chers à M. Lindenberg, et c'est pour cette raison qu'il nous a légué un enseignement complet sur les arrière-plans de la politique mondiale, ce qui rend possible, de façon réaliste de voir les choses, de sorte que les gens sont présentés sous le vrai visage du monde et ne sont pas transformés en marionnettes dans les mains des manipulateurs occultes politique.

Mais maintenant, les scientifiques empiriques apparaissent sur la scène, qui sont plus « Sages » que les grands Initiés. Ignorant la nature grotesque de leur situation, ils varient seulement les paroles du Grand Inquisiteur (du roman de Dostoïevski) qui dit au Christ lui-même:

« Nous savons mieux que vous comment devenir maîtres de l'humanité ».


Rudolf Steiner dit : 
« Dans de nombreux endroits au sein et à l’extérieur du Royaume britannique, la Franc-maçonnerie poursuit exclusivement ou principalement des intérêts politiques. Et plus loin: Les Loges savent trouver des médiums ( channels ) pour imprimer certaines directions dans les pensées des gens ... alors il suffit d'appuyer sur le bouton et la chose travaille.
Dans quelle direction? - Vers la prise du pouvoir par quelques-uns, avec les moyens qui sont connus dans le sanctuaire de la Loge (8 janvier 1917, GA 174). »

Rudolf Steiner fait d'innombrables déclarations qui sont également spécifiques. D'autres exemples :
" Quand nous regardons autour de nous aujourd'hui..., nous avons... des Sociétés de francs-maçons... qui sont un instrument efficace dans les mains des sociétés secrètes... (21 février 1920, GA 196). Le monde anglo-saxon a ses initiés (22 juin 1919, 192 GA). C'est tout ce qui est caractéristique, que, dans l'ouest ( Europe et USA ) l'organisation de l'Etat, ne peut être comprise du tout— et la France et l'Italie sont entièrement infectés par cela —, sauf si l'on prend en compte sa pénétration par les loges, comme en Europe centrale, il faut tenir compte de la pénétration du jésuitisme ou d'autres influences " (3 novembre 1918, GA 185).

Même des précisions sont données : c'est un fait que lorsque quelqu'un, un puissant ministre a besoin d’un sous-secrétaire d'État, il est évidemment plus à son goût si il peut nommer un frère Maçon, plutôt qu'une autre personne (21 février 1920, GA 196). Ainsi émerge une base « naturelle » pour la corruption. Quant à la question du "secret", nous entendons parfois quand l'un ou l'autre nom est mentionné : Oui, il n'est pas sur les listes de francs-maçons. — Ils ont la liste déjà, mais ne sont pas conscients du fait que les personnages les plus importants ne sont peut-être pas sur ces listes (8 janvier 1917, GA 174) etc. Ainsi, on pourrait continuer indéfiniment. Mais ce n'est pas le point de citer de façon dogmatique, ni notre tâche de convaincre les gens comme Herr Lindenberg (ils savent tout cela très bien et juste pour cela jettent le sable dans les yeux des gens ).

Ce que nous voulons montrer ici est que seulement avec l'aide de la science spirituelle il sera possible de pénétrer les affaires terriblement négligées de l'humanité et comprendre que non seulement les hiérarchies divines sont actives, mais que les gens sont très fortement attaqués par les êtres ahrimaniens et lucifériens. Ce n'est pas notre affaire, en tant qu’anthroposophes, de montrer comment les Jésuites tournèrent en dérision les francs-maçons et inversement, comment les bolcheviks insultèrent les deux groupes et furent maltraités à leur tour par eux. Toutes ces querelles sont bien organisées sur les niveaux inférieurs des sociétés occultes. Mais pourquoi devrions nous ne pas prêter attention aux faits qu' elles divulguent occasionnellement dans l'excitation de leur mondialisme dans un « jeu dialectique » certaines vérités ? Nous avons nos propres méthodes de cognition. Elles ont un caractère strictement scientifiques — spirituel-scientifique. C’est seulement avec l'aide de cette méthode qu’une conversation reste possible concernant la vie et la mort de notre civilisation.


La « cartographie » de l'occultisme politique 


Afin de nous aider à comprendre le sens et l'importance de la première guerre mondiale, Rudolf Steiner a décrit son arrière-plan spirituel. Il parle de l'anneau du « Midgard-serpent », ahrimanien dans sa nature, résultant de l'encerclement de l'Europe à la suite du mouvement des éléments normands, celtes, germains et Latins dans la population européenne (cf. 21 février 1915, GA 159). Nous laisserons cette indication suffisante, pour ne pas s'éloigner trop du contenu essentiel du livre .



Rudolf Steiner dit en 1918 :
« Peut-on réellement souhaiter que l'humanité doit avoir vécu simplement, sans cette catastrophe, ce qu'elle avait imaginé elle-même ce qui vivrait jusqu'en 1914 ? Puis, il se réfère à ce qu'il avait déjà dit à Vienne avant la guerre..., que, si on avait eu une idée claire de ce qui vivait dans le monde des hommes, alors les relations entre les gens, la vie sociale, seraient apparues comme un carcinome social, comme une tumeur cancéreuse rampante à travers l'humanité. ... mais de l'aspect de l'éternité des choses semblent très différentes, ils ne doivent en aucun cas être pris légèrement ou superficiellement. Tout comme il est vrai que c'est infiniment triste que cette catastrophe soit venue, donc il est tout aussi vrai que par le biais de cette catastrophe, l'humanité a été sauvée d'une terrible submersion dans le matérialisme et utilitarisme. Et de même, ce qui n'est pas encore visible aujourd'hui, le sera ; Il se montrera surtout dans les terres du Centre et à l'est, où, au lieu d'une ordonnance qui avait pris le matérialisme en soi , un chaos se développera. On ne peut certainement pas parler sans une nuance de la souffrance, de ce chaos qui est venu sur les terres du Centre et les pays de l'Est, et qui offre une perspective non-immédiate de se transformer extérieurement en harmonie. Mais quelque chose se passera. Chaque fois que ce chaos se propage, il y aura un monde qui donnera dans un proche avenir le moins possible aux hommes à travers le plan physique extérieur. Les bénédictions du plan externe ne seront pas grandes dans les terres du centre et dans les terres de l'est. Tout ce qui peut venir aux hommes des forces extérieures seront très rares. L'être humain devra prendre une poignée de lui-même dans son âme afin de rester ferme... et... il sera en mesure de prendre la décision d'aller vers l'esprit, dont seule la santé de l'avenir peut venir »(21 décembre 1918, GA 186).

Il s'agit de la vision supérieure des choses. L'avenir dont parle Rudolf Steiner commence de nos jours. Il dit aussi que l'être humain « doit » apprendre à rester ferme. Il convient de rappeler que les forces qui engendrent le chaos feront leur possible pour voler aux hommes de cette fermeté. En vérité, l'humanité est sciée sur la branche sur laquelle elle est assise. Ce n’est pas Dieu qui condamna l'humanité sur le champ de bataille, mais l'humanité qui a oublié Dieu. Et les hommes se placent ainsi dans le service de ces forces qui sont hostiles au développement de l'humanité. Ces forces veillent à utiliser des crises du développement, afin que le renouvellement ne puisse pas se poser hors d'elles.
En 1915, Rudolf Steiner parle d'innombrables jeunes gens qui ont perdu la vie dans la guerre et mis de côté leur corps éthérique toujours remplis de grandes forces de vie. Ces êtres retournent à nouveau dans le monde et travaillent pour son bien si les êtres humains tournent leurs pensées vers le monde spirituel (cf. 26 janvier 1915, GA 157). Mais si tout reste inchangé, les sacrifices de la guerre auront été pour rien ! Dans notre examen de compréhension sociale, nous sommes arrivés ici à un point de la plus haute importance. Les sociétés secrètes occultes voient leur tâche principale dans la bataille pour l'humanité non seulement dans l'utilisation des crises du développement afin de déclencher des guerres, mais aussi en ne permettant pas par la puissance du sacrifice de se transformer en un service noble pour l'humanité. C'est pour cette raison que la véritable histoire des guerres est falsifiée par tous les moyens imaginables, que la "rééducation" des allemands et de tous les peuples de la Russie est poursuivie de manière si intense, que la mass-culture matérialiste est propagée, les entreprises économiques téméraires sont lancées etc.. Il ne nécessite pas beaucoup d'intelligence et force pour voir comment toutes les maladies sociales sont générées, comment, après la seconde guerre mondiale, la vague de la résurrection spirituelle et de renouveau dans l'Ouest et l'Est s'est éteint.

Tout cela est un ensemble unifié de mesures, qui visent à détruire la coopération fructueuse entre ceux qui vivent sur la terre et ceux qui ont été contraints de quitter ce plan non pour leur propre karma mais de part la nécessité karmique du monde. Et puis la tentative faite pour détacher les nations de leurs chefs hiérarchiques. Tout cela doit être vigoureusement combattu, car sinon il n'y aura aucun fin à aucune souffrance. À chaque cercle aujourd'hui, toutes les réunions des athées, monistes, politiciens, nous rencontrons des rituels de magie noire. Et souvent, nous les trouvons aussi dans les rassemblements anthroposophiques . Il est même livré au domicile des personnes gratuitement, et cela continue jusqu'à ce qu'un homme dise de lui-même consciemment: « C'est assez !» Et si quelqu'un pense qu'il a le devoir de garder le silence pour le bien de l'équilibre et de l'harmonie, qui sont en tout cas inexistante, alors ce conseil ne peut être suivi par une personne qui n'a ni raison ni cœur. Rudolf Steiner ne fût pas l'un d'eux. "...Mais s'il eût été possible et nécessaire pour nous- autres d'intervenir aux règles des agents des confréries dont je vous ai parlé. Nous serions au milieu des négociations de paix aujourd'hui, l'appel de Noël pour la paix n'aurait pas été conspuée !" (30 janvier 1917, GA 174).




Rudolf Steiner a parlé aux anthroposophes d'une carte de l'Europe qui avait été établi par les sociétés secrètes déjà dans les années quatre-vingt du 19ème siècle. Avec l'aide de cette carte, les membres des sociétés ont été formés pour des tâches spéciales de préparation de la Première Guerre mondiale. Cette carte avait également prévu la division de l'Autriche-Hongrie, la formation d'une confédération slave dans les Balkans, le déplacement de la frontière orientale de la France etc Rudolf Steiner de conclure avec ces mots:
"...Comparez cette carte avec ce qui est déjà contenue dans la note de l'Entente de Wilson. C'est ce qui était alors considéré (et destinés à la mise en œuvre) comme le moyen idéal de partage de l'Europe" (14 janvier 1917, GA 174).

La carte indique désert la zone occupée par la Russie. Là, il avait été décidé de mener des expériences socialistes.
Et ce dans les années quatre-vingt du 19ème siècle ! Des bibliothèques entières de livres devaient plus tard être écrites, et des montagnes de cadavres entassés, comme des «arguments» pour et contre le communisme. Ce processus n'est pas encore terminé. Lorsque la «Perestroïka» a été annoncé, personne n'a dit que l' «expérience» était maintenant terminée. L'expérience des dernières années montre qu'elle continue, seule la méthode a été modifiée.( écrit en 1998 !)

Si l'on voulait juger ces choses dans l'esprit de M. Lindenberg, nous devrions dire: My Goodness!

Il suffit de regarder ce que le Chef –opérateur : Rudolf Steiner a dévoilé au monde! - Et nous aurions à exprimer des regrets sur le fait que à cause de cela nous ne pouvons plus lire un canular de journal avec indifférence. Mais il y a encore une autre façon - on peut avancer des arguments supplémentaires. Dans les années soixante-dix un 'blockbuster' antisémite, imprimé en France en samizdat et intitulé Dezionization, était en circulation dans l'Union soviétique. Dans ce blog ladite carte a été reproduite. N'est-ce pas la raison pour crier: il suffit de regarder comment ces communications sont utilisées pour leurs propres fins! Lorsque Rudolf Steiner a parlé de la carte il a donné les explications suivantes:
" En vérité, je parle de cela dans le but de communiquer des faits de connaissances pour vous, et pas le moins du monde parce que je veux agir dans une agitation ou une façon politique ... Je suis très loin de vouloir faire peur, de persuader quiconque de croire ceci ou cela ou à devenir anxieux dans telle ou telle direction ... Et je dois dire ces choses, je le fais sur l'hypothèse que vous êtes assez raisonnable de les prendre en le droit chemin (Ibid.). Et ce que nous faisons - grâce à la connaissance spirituelle et scientifique nous visons à disperser l'effet pernicieux de l'agression ahrimanienne sur la vie spirituelle et sociale de l'humanité."

Avec une tranquille assurance nous mettons de côté tous les «tabous» de la connaissance, bien qu' Ahriman fuit ces centres où les êtres humains reconnaissent un mensonge et allument la lumière de la connaissance de l'esprit. " Nous devons également prendre en compte - dit Rudolf Steiner - que cette carte, c'est à dire la division des affaires européennes, a eu tendance à servir la formation de la monarchie économique et financière universelle pour fonder la domination du monde économique "(15 janvier 1917, GA 174 ).
Pour cette raison, nous devons, si nous parlons de ceux qui sont coupables de la première guerre mondiale, observer la plus grande attention aux indicateurs de développement économique ! Au début du siècle en Russie avec ses ressources naturelles inépuisables, un développement industriel est en cours, qui dans le temps aurait certainement rendu économiquement le pays le plus puissant du monde. Il était clair que même des guerres mondiales n’aurait pût être en mesure d'arrêter ce processus. Était-ce là la seule alternative possible — pour transformer la Russie entrer dans un désert ?

Rudolf Steiner explique qu'en Allemagne... les exportations [de janvier à juin 1914] était d'une valeur de 1,045,000,000 livres, tandis que celle de la Grande-Bretagne était de 1,075,000,000 livres... Si la guerre mondiale n'avait pas eu lieu... l’exportation allemande aurait pu être plus grande que les britanniques ! Cela ne devait ne pas être autorisé ! (4 décembre 1916, GA 173).

Rudolf Steiner souligne également le fait fondamental qu'en Europe centrale avec sa population de 150 millions d'habitants sur un territoire de 6 millions de kilomètres carrés était entouré de 777 millions habitants des États de l’Entente sur un territoire de 68 millions de km2 (cf. GA 65, p. 448).

Trois quarts de la population mondiale vivaient au sein des Etats de l'Entente. Ce chiffre seul ne peut qu'être d'importance pour tous ceux qui se penche sur les réalités (6 janvier 1917, GA 174). En outre, derrière ce qui s'est passé en Autriche en juillet/août 1914... en effet il se trouvait des pouvoirs financiers, dont les origines sont peut-être pas en Autriche elle-même, mais pour lesquels l'Autriche a été un instrument pour la réalisation de certaines choses. Il n'était pas particulièrement difficile à réaliser lorsqu'on avait affaire à l'arrêt « Nibelungen ». Mais dans l'ensemble il se tenait derrière la totalité des facteurs externes et internes qui ont conduit au déchaînement de la guerre mondiale, l'expansion de l'impérialisme des royaumes anglophones, ce qui a pu entraîner, de tous les coins, à déclarer la guerre si l'une des raisons... le favorisait, c'est-à-dire la transformation de la politique si libérale, la politique qui était devenu si libérale au milieu du XIXe siècle, dans l'impérialisme français du XXe siècle (9 novembre 1918, GA 185 a). Bien sûr son expansion n’aurait pas été couronnée de succès si l'Europe et la Russie avaient conservé leur santé spirituelle. Mais c'est un autre problème. Les crises du développement mondial peuvent être résolus de différentes manières. L'apparition même de l'impérialisme anglo-américain, l’occultisme-politique dans sa nature la plus secrète, est elle-même une conséquence de la crise spirituelle de la civilisation, la crise de la connaissance. C'est pourquoi le chemin vers sa résolution réside uniquement dans la vraie connaissance ; mais seule la science spirituelle est en mesure de remédier au manque de connaissances. Et si ses représentants ne le font pas, personne ne le fera.

Alors nous ne devrions pas être surpris que dans les cercles anthroposophiques le mur empilé contre le vrai aperçu social continuera à croître toujours plus haut. — En effet, c'est justement dans nos cercles que les cris d'orfraie retentissent plus forts que n'importe où ailleurs dans le monde contre toute personne qui a sérieusement étudié une symptomatologie historique de Rudolf Steiner et ose essayer l'appliquer à des situations actuelles. Nous n’élaborerons pas davantage d'une manière globale et exhaustive comment Rudolf Steiner a prouvé l'innocence de l'Autriche-Hongrie et de l'Allemagne dans la préparation et le déclenchement de la première guerre mondiale.Seulement une attitude extrêmement partiale et, dans la plupart des cas, de personnes mal intentionnées qui sert de différents


--------------------------------------------------------------------------------------------------------

2
Nous devons mentionner quelques faits . Rudolf Steiner dit : une base des plus importantes du jugement est donnée pour moi, quand je sais que la personnalité (Moltke) choisit pour les circonstances à prendre la bonne décision : devons nous attaquer maintenant ou pas ? — alors que quatre jours plus tôt , il n'était pas du tout à se préoccuper de la situation en Europe même, mais se consacra un temps sans soucis... dans une station balnéaire (Karlsbad) (10 novembre 1918, GA 185 a). L'ambassadeur allemand à Londres, Lichnovsky, a demandé au ministre de français des affaires étrangères, le 1er août : l'Angleterre restera neutre si les Allemands ne viole pas la neutralité de la Belgique ? — Et cette question a reçu une réponse évasive ! (La signature du traité concernait la neutralité de la Belgique en 1839, mais l'Allemagne a été fondée en tant qu'État en 1871.)
Comme il ne reçut pas une réponse, l'Ambassadeur d'Allemagne posa une autre question, à savoir ce que les conditions étaient pour l'Angleterre de rester neutre. Cela signifia : l'Angleterre a été autorisé à définir les conditions dans lesquelles elle resterait neutre... La Grande-Bretagne ne voulait pas donner une réponse à toute enquête de ce type. Le 2 août, le lendemain, Edward Grey parla devant le Parlement anglais et ne mentionna pas un mot de la conversation avec l'Ambassadeur d'Allemagne.
S'il avait été dit quelque chose à ce sujet, cette session du Parlement aurait-elle pris une autre tournure ? (30 décembre 1916, GA 173). Et qu'avons-nous : un « Nibelungen » ?
Pour exemple, Kaiser Wilhelm a été caricaturé dans les journaux pendant la guerre comme un cannibale, prêt à dévorer le monde entier. En 1908, il dit dans une interview avec le Daily Telegraph anglais : L'Angleterre n' a pas un seul ami en Allemagne — j'ai moi-même a expliqué en outre qu'une alliance avait été suggérée dans le passé entre la Russie et la France, et l' Angleterre ne doit qu'à elle-même que cette alliance se soit produite .
Lors de l'invasion de la Belgique, en cours d'élaboration, il garda un secret , l'Empereur, le Commandant en chef jusqu'au 29 juillet 1914. Ils savaient:... s'il avait été dit aujourd'hui, demain le monde entier aurait su à ce sujet, si Sven Hedin et ainsi de suite, qui l’admirait , venait de le voir (16 novembre 1918, GA 185 a). Connu comme un voyageur suédois, Sven Hedin (1865-1952), a joué un rôle important dans les préparatifs de la révolution bolchevique en Russie ; dans le même temps, son nom apparaît dans les annales de l'histoire de la montée des Nationaux- socialistes au pouvoir. Des Années plus tard, les symptômes devinrent visibles à laquelle Rudolf Steiner avaient déjà fait allusion.


-----------------------------------------------------------------------------------------------------



objectifs peuvent donner l'impression au sein de nos cercles qu'ils trouvent les communications de Rudolf Steiner peu convaincants. Terminons notre exposé sur ce thème avec une indication du programme présenté par Rudolf Steiner au public pendant la guerre.
" Il aurait été tout à fait différent — dit-il — si au milieu ou même à l'automne 1917 cette Tri-articulation sociale avait été reconnue par un pays d'importance, comme l'Allemagne ou en Autriche, comme une déclaration des impulsions d'Europe centrale, davantage que contre ce que l'on appelle les 14 Points de Woodrow Wilson qui avait été rédigés du point de vue américain. C'était une nécessité historique à ce moment-là. Je l'ai dit à Kuhlmann: 3, vous avez le choix, vous assistez pour cette raison maintenant d'écouter ce qui est annoncé dans le développement de l'humanité comme quelque chose qui doit éclore... ou vous pourrez voir une époque de révolutions et de cataclysmes.4 — au lieu d'écouter la raison, nous avons traité de Brest-Litovsk, la 'paix' de Brest-Litowsk. (Et plus tard, on pourrait ajouter, le Pacte Molotov-Ribbentrop). Il suffit de penser ce qu'il aurait été — on peut le dire sans présomption — si à ce moment-là, à l'encontre de ce que l'on appelle les 14 Points, la voix de l'esprit avait sonné dans le grondement des canons. Toute l'Europe orientale — quiconque est familier avec les forces de l'Europe le sait — aurait compris l'idée de substitution pour le tsarisme de la Tri-articulation de l'organisme social. "(21 avril 1919, 192 GA).
Mais on n'a pas écouté la voix de l'esprit ; la révolution bolchevique a eu lieu en Russie, alors qu'en Allemagne le national-socialisme est venu au pouvoir. Ainsi la chaîne maléfique d'événements a commencé : certains aimaient l'Angleterre, les autres aimaient Lénine et Rosa Luxemburg. La victoire sur le « Militarisme allemand » est devenu l 'objectif sacré de l'Ouest et de l'Est, et donc l'impulsion de la Tri-articulation sociale ne pouvait se faire valoir elle-même en Europe centrale afin de sauver la Russie du bolchevisme qui, à son tour, plongea Allemagne dans le national-socialisme ; et puis vint la seconde guerre mondiale.


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


3 Richard Kuhlmann (1873-1948), Secrétaire d'État au ministère des affaires étrangères en 1917-1918.

4 certains propos « anthroposophes » qui nous viennent en Russie de l'Ouest, nous disent que Rudolf Steiner avait pensé comme Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg, et que beaucoup de ses déclarations même concorde avec celles de Gorbatchev ! Personne contredit tout cela, parce qu'ils sont toujours dans un sommeil profond et socialement, comme au temps du bolchevisme. Dans le monde extérieur, les anthroposophes sont accusés de magie, complots, et Dieu sait quoi d'autre. Le Conseil de l'Église orthodoxe (Conseil plus laïque de l'église orthodoxe à l'étranger) ne leur permet pas de participer à la Sainte Communion.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------





Une leçon historique a été enseignée, ce qui démontre combien il est dangereux ne pas de tenir compte de la mission spirituelle des nations, et comment étroitement les peuples sont liés entre eux dans un destin commun. C'est un leurre extrêmement dangereux de croire que le bien d'une nation peut être réalisé au détriment des autres.

Tri-articulation sociale 



Les leçons du passé n'ont pas été apprises ; les gens sont tout simplement incapables de se saisir d'eux-mêmes à juste titre. Ainsi elles seront répétées maintes et maintes fois. Et la vie dans le monde va s'aggraver progressivement. De cette façon, non seulement l'époque de l’âme de conscience risque d’être totalement détruite, mais l'avenir de l'éon terrestre tout entier. Tout ce que les peuples du monde peuvent faire maintenant est de suivre le chemin de la compréhension d’une mutuelle influence positive, ayant à l'esprit toujours leurs tâches individuelles dans l'évolution spirituelle du monde. À l'heure actuelle, cela ne peut être mieux compris que par ceux qui se tournent vers la science spirituelle. La connaissance, plus nous en tirons, plus est lourd le poids de la responsabilité qui nous incombe pour ce qui se passe dans le monde, et de culpabilité chaque fois que nous refusons de comprendre la réalité sociale en son sein dont toutes les grandes préoccupations de l'humanité qui devront désormais se dérouler. Il y a déjà beaucoup que nous n'ayons pas réussi à faire. Mais au moins nous devons saisir maintenant que le socialisme de type bolchevique et le national-socialisme sont deux caricatures, deux images affreusement déformées de l'idée de la Tri-articulation sociale !

Si la tâche de la Tri-articulation sociale avait consistait à créer des conditions favorables pour une conscience, l'éveil à la seconde venue du Christ, un événement qui a eu lieu dans le monde des éther-forces depuis 1933 serait advenu . Au lieu de cela, apparurent le bolchevisme et le nazisme qui représentent deux formes de la résistance ahrimanienne-luciferienne contre le Christ dans sa deuxième apparition.5 ; ces deux monstruosités apportèrent d’ interminables souffrances à l'humanité — afin de détourner totalement l'attention de l'homme loin de l'esprit.

La première guerre mondiale a été le résultat d'une grave crise.6 spirituelle, qui a clairement démontré que le temps du monde-systèmes sociaux de l'époque de la régence de l'Archange Gabriel avait pris fin avec le début de l'époque de l'Archange Michael.



-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


5
Dans notre livre Tri-une homme de corps, âme et esprit à la lumière de l'anthroposophie, nous avons abordé en détail la question de savoir pourquoi la seconde venue a commencé en 1933. La relation de temps et d'espace joue un rôle ici, dans sa totalité, exprimée dans le nombre 19 (12 + 7), etc.
6 La littérature nous a livré une photo impressionnante de cette crise. Pensez seulement au roman Der Zauberberg (la montagne magique), par Thomas Mann, dans lequel on montre comment les deux monde-forces dont nous parlons, mènent une bataille sur le « ICH » qui appartient à l'Europe centrale.
En conséquence pour ces raisons spirituelles, pensée par Marx, le capitalisme devait céder le pas à la Tripartition.7 sociale mais le programme en 14 points » de Wilson — qui, comme nous le savons, était porteur de l'incorporation d'ahrimanienne — auquel il était adossé fut imposé. Parallèlement à cela, une « expérience socialiste » fût préparée par les sociétés secrètes — et exportées vers la Russie. Il était connu dans les sociétés occultes qui diffuse en continu l'impulsion du socialisme depuis l'esprit, que les conditions pour cela étaient mûres sur terre , et que l'ostentation développée de l'homme n'était plus disposée à supporter la dernière forme d'esclavagisme !
------------------------------------------------------------------------

Il devenait dangereux d'ignorer le décret de l'esprit, et il était pourtant impossible d'en finir entièrement avec le passé. L'impulsion nouvelle avait donc donné libre cours, mais dans une gaine ahrimanienne. Dès le début, la Russie et l'Allemagne ont été soumises à l'attaque. Il est particulièrement important de savoir cela, afin de comprendre les relations Russie-Allemagne au XXe siècle. Tout d'abord, il fut fait usage du plan « Nibelung » Ludendorff, 8 qui permettra à Lénine et ses« camarades » un passage vers la Russie dans un wagon scellé.


-----------------------------------------------------------------



7 C'est pourquoi seulement une conscience estompée pourrait percevoir un lien entre les vues de Rudolf Steiner et celles de Rosa Luxemburg et Mikhail Gorbachev. Socialistes de toutes nuances (au moins en Russie) maintiennent maintenant que l’ évaluation du capitalisme par Marx a eu tort, que l'avenir appartient au capitalisme !
8 Il peut être intéressant d'apprendre comment Rudolf Steiner caractérise Ludendorff. Il souligne que l'arrêt que Hindenburg et Ludendorff « grands hommes »,... vraiment réparties avec la force d'une épidémie, quand en réalité ils n'étaient pas de grands hommes du tout, pas même du point de vue de leur profession... Berlin] il trouve une effigie en bois hideuse d'une personne, le "Hindenburg", grand, gigantesque, dans lequel chaque patriote devait enfoncer le clou (GA 186).
Un an plus tard, il dit sur sa logique : Il est le seul d'avoir gagné la « grande distinction » d'avoir été décisif dans le transport de Lenine à travers l'Allemagne en Russie dans un wagon scellé. Il est l'importateur réel du bolchevisme en Russie. Il n'ose pas nier cela ouvertement dans son livre, bien qu'il ose beaucoup de choses. C'est pourquoi il dit ce qui suit: « faire de Lénine à la Russie était une nécessité militaire ; mais les dirigeants politiques ont évité les terribles conséquences ; cela il n'a pas pu faire » — vous voyez, c'est la logique de cet homme-doux (14 novembre 1919, GA 191).
L'intention de Rudolf Steiner de mettre en place une Agence de presse à Zürich en 1916, un service d'information indépendant, pour que quelque chose qui serait là pour contrer le flot sauvage de mensonges sur l'Allemagne dans la presse alliée, a été empêchée par le même Ludendorff !

Rudolf Steiner dit le 2 janvier 1921, il ( le projet )avait tellement progressé que ... il avait l'air ... comme si nous pourrions être en mesure de se déplacer à Zurich dans les prochains jours afin de mettre en place l'agence de presse. Le lendemain, l'annulation est venue du siège principal de l'information que tant de gens en Allemagne en attente pour un tel poste qu'un autrichien ne pouvait pas être choisi pour elle (GA 338, 1986; Note de l'éditeur).


------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Ce secret est révélé dans le monde aujourd'hui. Des rapports documentés sont montrés à la télévision, mais ils sont toujours présentés de manière à éveiller l'impression que seule l'Allemagne est coupable de la révolution bolchevique en Russie, que seule l'Allemagne a fourni les bolcheviks avec de l'argent. Bien sûr, la participation de l'Allemagne à ces événements ne peut être niée totalement. Mais il doit être à juste titre interprété et compris.

C'était le rôle de l'Allemagne de « lier un noeud coulant autour du cou » de tout ce qui unissait les destinées de l'Allemagne et la Russie, de tout ce qu'ils avaient en commun, avec l'aide des allemands « Nibelungen » tels que Ludendorff.

Dans le même temps, l'Allemagne a dû être compromise en ce qui concerne l'avenir plus lointain qui a seulement maintenant commencé. Les russes « Nibelungen » ont joué dans les mains des allemands « Nibelungen ».

Après avoir formé un gouvernement provisoire composé de membres des loges maçonniques
( lien : http://freemasonry.bcy.ca/texts/russia/russian_masons.html ), ils proclamaient d’une part :


§ Battre la guerre contre l'Allemagne jusqu’à la fin victorieuse !


— Mais, en revanche, ils ont commencé à transférer le pouvoir aux bolcheviks. Tout un système de loges travaillait à cela, y compris les princes et comtes de descendance normande, tels que des Rurikides et autres aristocrates.

— Mais il y avait également des forces spirituelles saines en Russie ; le soutien dont ils avaient besoin était de nature différente. Ils avaient besoin d'un idéal et que cet idéal aurait dû être la réalisation de la Tri-articulation sociale en Allemagne. Mais les Allemands avaient peur. Si votre suggestion devait être réalisée, Rudolf Steiner a dit en haut « lieux de Wilhelmine » —, l'empereur devra abdiquer. Eh bien, répondit-il —, si c'est nécessaires, alors donc il doit l'être. On n'a pas osé franchir ce pas, bien que le temps de l'empereur était déjà compté— par conséquent, il devait se rendre, mais le moment avait été raté.

— Quelque chose de similaire arriva en Russie. Voici l'alternative — Tsar ou Triarticulation sociale — ne s'appliqua pas, l'idée n'avait aucun représentant au sein de l'intelligentsia russe — mais le Tsar n’était pas censé avoir abdiqué juste au moment où Kerensky avait déjà remis toutes les positions du pouvoir aux bolcheviks. Le Tsar aurait du tenir jusqu’à la fin (même si c'est difficile de juger si, à ce moment-là, il y avait encore un espoir pour la Russie).



Allemagne entre le traité de Versailles et la révolution bolchevique




Le travail combiné des « Nibelungen » allemands et russes, a été couronné par le traité de paix de Brest-Litovsk par lequel la Russie a été remise le caractère arbitraire de la terreur bolchevique. La paix donnée en Allemagne n'était pas beaucoup mieux. Ludendorff a expliqué que, si l'Allemagne ne déposait pas ses armes dans les 24 heures, la plus grande catastrophe arriverait. Mais cinq jours plus tard, quand la capitulation été déjà signée, il a admis qu'il avait commis une erreur, il y n'avait eu aucune raison d'arrêter les armes !



Ludendorff

Comment fût tragique cette erreur ? Aujourd'hui, nous basons notre jugement sur les conditions de la guerre qui ont été menées alors. Et ici nous devons réaliser que l'issue de la guerre a été décisive pour la situation mondiale dans les années d'après-guerre. À la fin de la première guerre mondiale, les forces de l'Entente étaient déjà très affaiblies, mais la chose la plus importante était que partout il y eut la plus grande résistance à la poursuite de la guerre. Tous les moyens de propagande ne suffisaient pas à masquer le fait qu'il n'était qu'abattage sans signification. Des millions de pertes en vies humaines ont conduit à l'effondrement de toute l'Europe. Si l'Allemagne avait tenu un peu plus longtemps, les conditions de la paix auraient été très différentes de celles prévues par le traité de Versailles.L’ Allemagne n'aurait pas été écrasée sous le poids des réparations énormes, ses frontières n’auraient pas été repoussées au gré de l'Entente. Il n'est pas de notre intention ici d' apporter la preuve, presque universellement acceptée aujourd'hui, qu'il s'agit bien du traité de Versailles qui a créé les conditions préalables pour la seconde guerre mondiale. Un autre fait important doit être pris en compte : le danger d'un soulèvement, bolchévique qui menaçait le pays épuisé. Il y a beaucoup de matériel pour le confirmer, mais ici l'auteur souhaite rester fidèle à ses principes et consulter les énoncés de Rudolf Steiner, également en l'espèce.

Dans une conférence donnée en 1920, il se réfère à la lettre d'un allemand, imprimé dans la Basler Nachrichten, le 2 avril 1920. Il y est dit :
"...en Allemagne, nous devons accepter qu'il est nécessaire de passer par le bolchevisme. Une fois que nous avons traversé le bolchevisme quelque chose de mieux viendra —mais nous ne savons d’où !" (18 avril 1920, GA 334).
À Bâle un autre journal Vorwartz il apparaît sur le 2 avril 1920, l'article de la politique du gouvernement soviétique dans la sphère de la Religion. L'auteur a signé avec ses initiales seulement et on y trouve le passage suivant :
« Religion, ce qui représente un réflexe fantastique dans les têtes des gens concernant leurs relations entre eux et vis-à-vis de la nature, est vouée au déclin naturel grâce à la croissance et le triomphe de la vision scientifique, claire, naturaliste de la réalité qui évoluera parallèlement à la construction, selon le plan, de la nouvelle société. »

Remarques de Rudolf Steiner : " combien de gens lisent ceci dans un article de journal et recule comme piqué par une vipère, parce que c'est le symptôme le plus terrible qui peut être exprimé dans ces phrases ?"

Car on ne pense pas que ce qui aller venir terre dans ce qui se trouve dans le mot: « Religion... devaient être réalisées en pratique (13 juin 1920, GA 197). Que dire aujourd'hui ? — Il n'y a personne qui ait du recul ! Il y a deux ans le Festival automnal de l'Archange Michael a été célébré à Dornach, sous la devise d'une déclaration une fois proclamée par Rosa Luxemburg. L'hebdomadaire Das Goetheanum a écrit à ce sujet et personne ne recula pas comme si piqué par une vipère: 9 cela peut seulement signifier que les membres de l'AS / sont endormis. Ce genre de provocation constitue une forme de preuve médicale pour prouver la mort du « patient » hors de tout doute !

En 1921 Rudolf Steiner a parlé d'un livre jésuite dans lequel on peut lire :
« pour tous ceux qui prennent au sérieux, les principes chrétiens ceux à qui le bien-être d'un peuple est une préoccupation du cœur, ceux qui ont pris les paroles du Sauveur ‘Misereor super turbam » (j'ai pitié, sur les masses) profondément dans leur âme, pour toutes celles dont le moment est maintenant venu où, le long de la charge sous-jacente de l'onde de marée bolchevique, ils peuvent travailler avec et pour la nation avec beaucoup plus de succès. Ne soyez pas hésitant. L'opposition radicale et tous azimuts de "capitalisme, donc ! — l'exploitation du peuple et son appauvrissement par l’usure ; davantage l'accent sur le devoir de travailler, aussi pour les classes supérieures ; la fourniture du logement décent pour des millions de compatriotes, même si cela signifie l'occupation du palais et des habitations plus grandes ; l'exploitation des ressources naturelles, de l'eau et de la puissance aérienne ; pas pour les fiducies et les syndicats, mais pour le bénéfice de tous... l'utilisation de l'idée du système des conseils (Ratesystem) aux côtés de la représentation parlementaire des masses... afin d'éviter l'isolement"des masses de l'appareil d'État », à juste titre critiqué par Lénine... » (29 avril 1921, GA 204).

Un russe, en lisant ces mots, s'écriera : Pouah, quelle propagande bolchevique encore et toujours ! Tellement vrai , qu’elle a été réalisé avec et pour la nation ! Mais qu’est-ce que des Jésuites ont eu à voir avec cela ?


--------------------------------------------------------------------------------------------------------


9 même si nous savons que la vision du monde de Karl Marx est purement ahrimanienne (8 septembre 1918, GA 184). Vision du monde de Rosa Luxemburg a été marxiste.

---------------------------------------------------------------------------------------------------

Et que dire quant à la nature profonde du système des conseils comme une forme de servage de l'État? !

Si nous nous souvenons encore du contenu des chapitres précédents de ce livre, nous pouvons répondre à cette question sans difficulté. Pensez à l'affinité profonde entre le jésuitisme et l’américanisme, de l'auteur russe K. S. Mereshkovsky, n'oubliez pas qu'avec le rabbin Monsignori, ils s'assirent tous ensemble tout à fait amicalement dans les hauts degrés et, enfin, n'oubliez pas la tactique des « deux dagues ». Il n'était pas en vain que Lénine ait attendu si longtemps à Zurich, dans un pays bourgeois. Quand on cherche à travers les archives et les bibliothèques de l'Europe occidentale, les faisceaux d’analyse de journaux de l'époque en allemand, anglais et autres langues, il est facile de conclure avec certitude que l'Allemagne était menacé par l'épée de Damoclès d'une révolte bolchevique. Nos « dictateurs du prolétariat », fiévreusement occupés à transporter des wagons d'or, diamants et trésors de l'art de la Russie vers l'Europe, ont été proclamant haut et fort que bolchevisme aurait bientôt obtenu victoire On serait alors en mesure de tout ramener. Clara Zetkin a écrit ouvertement, à Berlin, comment les rues pourraient être renommés une fois que les bolcheviks seraient au pouvoir ! Donc l’Allemagne aussi, après des souffrances indicibles, a été menacé de la terreur qui était déjà descendu en Russie. Combien est terrible, comment est insatiable ce règne dans la perpétration du mal, connu en Europe dès le début.
Dans les premières années après la révolution à Saint-Pétersbourg, des centaines de milliers d'émigrants sont arrivés en Europe et on dit du malheur inimaginable qui était venu sur l'humanité et en parlait comme quelque chose sans égale dans l'histoire mondiale.
La situation en Allemagne dans ces années-là nous rappelle littéralement la Russie entre février et octobre 1917. Dans l'ordre donc pour comprendre le choix fait par l'Allemagne 10 à cette époque, il faut faire une analyse comparative des événements dans les deux États.
En Russie il était seulement apparu après la révolution bolchevique quel genre de pouvoir gouvernait l'État. On avait docilement accepté le son de cloches, semblable à celui dans le livre jésuite (compassion pour les masses, etc..). En revanche, un gigantesque complot (pas une "théorie du complot ») était au travail et envahi, comme un cancer, tous les « cellules » de la société. Avec l'aide de ce complot, il était possible d'éliminer toutes les forces de la pensée rationnelle en Russie.

----------------------------------------------------------------------------------------------


10 parmi eux les parents de Renate Riemeek.

------------------------------------------------------------------------------------------------

Les masses ont été soumises à l'influence des inspirations et suggestions ; la presse et des déclarations publiques ont été utilisées et les tâches assignées à des haut-parleurs et des agitateurs spécialement formés. Mais l'utilisation d'une terreur jusque-là inconnue a ouvert les yeux de beaucoup, et ils se tenaient devant la question : Comment peut-on surmonter la peste du bolchevisme ? Dans ces conditions il y avait seulement une façon — la mise en place d'une dictature militaire et la proclamation de l'état de guerre dans le pays. À notre époque, où seuls les cris de la démocratie peuvent être entendus dans l'Orient et l'Occident, il est extrêmement difficile de parvenir à une compréhension de ces questions. En faisant une telle déclaration, nous ne voulons pas avancer comme un adversaire de la démocratie, néanmoins, c'est notre conviction qu'une véritable démocratie n'est possible que dans les conditions de la Tri-articulation sociale ; en l'absence de celle-ci, c'est plus qu'un prétexte commode à tâtonner dans le noir.




Ici aussi, nous renvoyons à une déclaration de Rudolf Steiner.

" Ce que l'on appelle démocratisme (du type anglais) — dit-il dans un article — convient seulement pour rendre les gens du milieu de l'Europe dans une partie de domination du monde anglo-américaine et si de plus, nous étions à s'impliquer dans l'organisation inter-étatique socialiste des internationalistes présents, Nous aurions, comme moyen d'européens, la perspective merveilleuse d'être toujours mis en minorité au sein de cette organisation inter-étatique "(GA 24, p. 340).

Il s'agit de la Sainte vérité ! Aucun autre verdict n'est possible. Exactement la même chose s'applique à la Russie. Ce n'est pas moins que la formule de la « perestroïka ». Mais plus tôt aussi, dans la période de la soi-disant « guerre froide », que le principe a été utilisé, sous une forme voilée. Les origines de tous les phénomènes de ce genre sont à chercher dans le premier quart du XXème siècle et même dans le dernier tiers de la précédente. De cette façon l'obscurité qui se propagea sur l'Europe en 1914 fut apprivoisé en 1917 dans des « ténèbres égyptiens ». Uniquement par le biais d'une discipline plus stricte l'assaut des forces infernales ne pu être arrêté. En Russie, la recherche commença pour une personnalité en mesure d'assumer les pouvoirs d'un dictateur. Général Kornilov fut prévalu à l'époque. Mais des circonstances l'obligèrent à agir. Les atrocités commises par les bolcheviks ont été de prendre le dessus et il y n'avait tout simplement plus aucun choix. Ainsi le « white movement » a été formé, mais le moment de la mise en place d'une dictature avait déjà été manquée et la guerre civile éclata. » Kornilov se mit à la tête de l'armée blanche, mais un programme faisait défaut qui pourrait avoir inspiré les gens, qui pourraient avoir suscité plus d'enthousiasme que les fausses promesses des bolcheviks de partager les terres et les usines. « Loyauté envers l'Entente » avait été proclamée, et c'est juste cette Entente qui a amené la chute de l’ « armée blanche » en envoyant ses conseillers, à travers lesquels elle a travaillé dans l'intérêt des bolcheviks.

Tout cela est décrit en détail dans les livres de ceux qui ont participé aux manifestations. le Général P. N. Krasnov, par exemple, participant au mouvement blanc et auteur, rapporte ouvertement dans son roman de Double Eagle à bannière rouge que les représentants de la France et l'Angleterre dans l’ « armée blanche » étaient membres des loges maçonniques et, grâce à la médiation des francs-maçons russes, ont été actifs sur le « blanc » et le côté « rouge ». Dénikine l’indique même dans ses mémoires. Voilà comment les événements se sont déroulés en Russie, et exactement la même chose serait arrivée en Allemagne. Les allemands, cependant, savaient ce qui aurait signifié une victoire bolchevique : l'anéantissement physique complet des couches sociales entières — non seulement la bourgeoisie, mais aussi les intellectuels, les clercs, une grande partie de la communauté agricole, l'ensemble de la bourgeoisie, petits entrepreneurs, la petite bourgeoisie et des marchands. Pour la Russie même ceux qui ont été détruits qui ont terminé leurs études secondaires, et, sous prétexte d'éliminer les agriculteurs avec les grands domaines économiques, la strate la plus saine de la paysannerie a été éradiquée.
Lénine déclara ouvertement que les bolcheviks étaient prêts à éliminer 90 % de la population dans un souci de conserver le pouvoir en mains propres. Il semble qu'ils étaient prêts même à sacrifier 99 %, car après tout quelques spécimens de l'humanité sont nécessaires pour la reproduction artificielle d'un « homme nouveau », l'heureux habitant d’un « paradis terrestre».Pour Marx, l’homme n’est qu’un animal social dont le seul critère d’existence se détermine non par son essence ni comme un individu , qui relève du religieux mais en fonction de son utilitarisme !

Les communistes allemands avaient de semblables vues: Dans ce temps de chaos , la faim, le chômage régnait dans tout le pays, villes et l'industrie ont été détruites et par-dessus tous cela : le fardeau des réparations immenses.


-----------------------------------------------------------------------------------------------------

11. le Président du gouvernement intérimaire, Kerensky, proclamant le général incompétent , permettra ainsi le libre cours aux bolcheviks, jouant un grand rôle dans l'échec du mouvement.

---------------------------------------------------------------------------------------------------

Lorsque le Golem du Bolchevisme leva sa tête sur le pays dévasté, aucune grande intelligence était nécessaire pour comprendre que l'Allemagne, comme une personne face à une mort certaine, devait faire quelque mouvement désespéré dans l'espoir d'une dernière chance de survie. Tout comme en France, quand la Vendée, conduite au désespoir par la terreur et la dictature des Jacobins, elle-même armé lors d'un soulèvement. Et Peu après, lorsque Napoléon sera accueilli avec enthousiasme par toute la nation, qui le suivait dans ses aventures. Alors qu'en Russie, où le cas de légitime défense désespérée avant le bolchevisme a continué jusqu'en 1941, quand bien même l'attaque de l'extérieur a été vécue comme une libération, et 4 millions de soldats non seulement abandonnés, étaient prêts à se battre contre le pouvoir haï dans leur propre pays, il s’est avéré que ce qui est venu de l'Ouest a été tout autant de la peste. Nous devons toujours garder ces choses à l'esprit si nous voulons comprendre pourquoi les allemands considérèrent leur dictateur qui se déclara lui-même être un ennemi du bolchevisme.
Les premières organisations fascistes se sont constituées en groupes de résistance contre les communistes, et pendant une longue période, il y avait des combats de rue sporadiques entre ces groupes, les assaillants communistes contre les socialistes nationaux.

Une dictature n'est certainement pas un moyen idéal d'une situation. Mais quoi d'autre peut-on faire si le choix est entre deux dictatures, dont a déjà montré son visage sauvage ?

Plus récemment, les américains réalisèrent un film sur Staline dans lequel ils montrent que le stalinisme était pire que le nazisme. Les Américains disent aujourd'hui que Staline surpassa Hitler dans le mal. (Après la guerre, Churchill a dit que le mauvais cochon avait été massacré. 13) Nous pouvons donc conclure que l'Allemagne a choisi le moindre des deux maux. Ainsi la Russie connaît aujourd'hui une vague de nouvelle propagande, derrière laquelle les contours d'une nouvelle dictature croît visiblement, alors que l'Allemagne se renforce à nouveau et a été en mesure de fournir à ses citoyens des conditions de vie décentes !

L’Allemagne ne devrait pas payer si chèrement les conséquences du national-socialisme comme la Russie l'a fait pour ceux du communisme, qui continuent à ce jour et, donc, semble-t-il, enfin nous amènera à la tombe. Au moins les socialistes nationaux n'ont pas éliminé des millions de leurs propres compatriotes. Officiers et généraux savait comment prendre soin de leurs soldats pendant la guerre. Pour les bolcheviques, la guerre était simplement un moyen pratique pour continuer le génocide

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

13. le 30 juillet 1952 devant les chambre des communes.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------


On essaye maintenant de confier la responsabilité de Staline pour tout cela, comme si l'exploitation insensée de Kharkov, Kiev et la Crimée, qui coûta des centaines de milliers de vies humaines avaient été uniquement le travail de ses mains. Mais on a souvent remarqué que chaque fois qu'un autre membre éminent de la clique au pouvoir, Vorochilov, avait un rôle à jouer, l'armée soviétique devait souffrir d’écrasante défaites etc..À la suite de la guerre, l'URSS a perdu 27 millions de vies sur les fronts seuls — l’Allemagne perdu 6 millions, plus de 1 million à Stalingrad, où un "éminent Nibelung » — Paulus — l'action militaire menée par lui. Après l'emprisonnement comme un p.o.w, il resta dans la « République démocratique allemande ». 14

Après la guerre près de 1 million de soldats allemands et les officiers — tous les jeunes — morts dans les camps de prisonniers de guerre des alliés occidentaux. 1 million d'émigrants russes ont été remis par la force par les britanniques via Vienne aux soviétiques — où une mort certaine les attendait — comme il a été généralement connu.
Ainsi se dévoilent le secret, les véritables objectifs de la guerre. Ils consistaient en l'élimination plus large de la population de l'Europe centrale et orientale.

Pourquoi ? — L'objectif qui sous-tend une telle ligne de conduite a été expliquée ici en détail.



La crise de la compréhension sociale et ses Causes 



De quelque point de vue que nous la regardons, tout cela est une arithmétique cruelle. Mais personne ne devrait nous accuser d'indulgence envers le National-socialisme. Simplement, il est recommandé que les événements ne doivent être regardés que comme ils ont effectivement eu lieu, parce que l'humanité est sur le point de les voir se répéter. Le visage infernal du bolchévisme était plus terrible que le régime Nazi, mais un procès de Nuremberg n'a pas à ce jour, pu se prononcer à ce sujet.

Certaines procédures grotesques ont été organisés à Moscou et à Berlin, et la Cour a décidé: 'Le parti' — vous voyez ! — a « abusé de ses pouvoirs ». Il s'agissait de la seule infraction ! — Les cannibales ont oublié d'utiliser un couteau et une fourchette !

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

14
Le journal de Moscou Cherniy Yashchik a rapporté en 1994 que tous les soldats allemands capturés à Stalingrad étaient entassés dans des wagons de marchandises et encore debout dans la gelée jusqu'à ce que mort s'ensuive. Selon les rapports allemands seulement 6000 prisonniers sont revenus. Quant à Paulus, un chiffre similaire existait en Russie pendant la première guerre mondiale. Le général russe Brussilow (également un aristocrate), exceptionnelle aimé par le Tsar (comme Paulus par Hitler), abandonnée aux bolcheviks après leur révolte réussie. La question : Pouvait-il gagner des victoires dans une guerre mondiale ? — Bien sûr que non. Il n'a pas gagné, à une exception près. alors, Paulus, trop avancé ,aussi loin que la Volga !

----------------------------------------------------------------------------------------------------------






Comment tout cela a-t-il pu arriver ? — Simplement parce que le procès de Nuremberg a eu lieu immédiatement après la fin de la guerre et dans la confusion générale, il était possible d'effacer toutes les preuves. Présenter les faits sous ces conditions peut amener la question : qui sont les juges ?

Il est devenu clair dans le procès de Honecker qu'il entendait apporter quelque chose à la lumière ; mais Ceaucescu devait être exécuté rapidement, sans procès ni jugement légal.

Il n'est pas difficile de deviner que, si les Allemands avaient gagné la guerre, Roosevelt, Churchill parleraient de Nazis autrement qu’ils ne se sont prononcés au moment présent. Et il est tout à fait justifié. Souvenons-nous de Dresde. Dans le cadre d'une seule nuit des centaines de milliers de femmes, enfants et vieillards sont tués — pour une seule raison : l’Allemagne doit être puni ! Puis au Japon d’être puni. 5 la guerre est déjà terminée, mais le nombre des victimes grandit encore — des millions ! Mais deux poids-deux mesures sont appliquées. Prenons l'exemple d'armée du général Vlasov et de la chapelle « rouge ». Les soldats de 16 Vlasov ont tenté de lutter contre le bolchevisme, mais pas contre la Russie — à l'aide des allemands. La chapelle rouge s’est battue contre les Nazis — pour la victoire du bolchevisme en Allemagne — avec l'aide des bolcheviks. Néanmoins, les soldats de Vlasov sont considérés comme des monstres, traîtres, tandis que les membres de la « chapelle » sont des héros ; C'est aussi la façon dont la propagande anglo-américaine, qu'elle présente.Ces exemples pourraient être déclinés indéfiniment.


------------------------------------------------------------------------------------------------

15 dans son volumineux travail tragédie et l'espoir — A History of The World in Our Time (Londres / New York, 1966) Carroll Quigley conclut le chapitre sur la 2ème guerre mondiale par les mots :

" toute cette tragédie personnelle et des dégâts matériels d'indicibles milliards de dollars était nécessaire pour démontrer à l'esprit irrationnel des militaristes japonais Nazi et fasciste que les puissances occidentales et l'Union soviétique étaient plus forts que les trois agresseur États et, par conséquent, que l'Allemagne ne puisse établir un bloc continental Nazi en Europe et au Japon et puisse dominer une sphère de co-prospérité Est-asiatique."

C'est la fonction de chef de guerre : pour démontrer aussi concluante que possible aux esprits erronées qu'ils se trompent en ce qui concerne les relations de pouvoir. Mais, comme nous le verrons, à démontrer ces faits objectifs afin de changer les images subjectives erronées de ces faits, la guerre modifie également plus drastiquement les faits objectifs eux-mêmes (S. 827). C. Quigley a été professeur d'histoire à l'Université du Service extérieur école de Georgetown (la principale université jésuite aux U.S.A.) a auparavant enseignée à Princeton et à l'Université Harvard. Bill Clinton a appelé m. Quigley ' le père de ses ambitions politiques... ' (Tagesanzeiger, Zurich, 5.11.1992 ; Note de l'éditeur). 16 'chapelle rouge", une organisation d'espionnage opérant en Europe occidentale à partir de 1936. Il a travaillé pour l'URSS et a été dirigée de Moscou via Paris et Bruxelles (Pub-lisher' s Note).

-----------------------------------------------------------------------------------------------------

Rudolf Steiner a mis en garde:
« .. les choses qui composent la vie moderne de la culture ne peuvent être maintenus à long terme, si quelque chose ne pénètre dans cette vie culturelle moderne qui a surgi hors d’elle, mais est en contradiction avec elle de la manière la plus radicale. Mais l'absurdité réside dans le fait que les choses sont faits sortir la vie elle-même, qui est alors en contradiction avec elle. Nous devons donc nous préparer à l'éventualité que des temps difficiles peuvent aussi venir pour notre mouvement. Ils ne nous mèneront sur la bonne voie que si nous avons pris en nous-mêmes une certitude intérieure, la clarté et le bon feeling pour le sens et la nature du mouvement ; face à ces temps difficiles que si nous sommes en mesure de regarder au-delà de la personnalité individuelle , que si nous sommes capables de tourner notre regard vers les questions d'intérêt critique pour l'humanité. La plus grande est la suivante : pour mieux comprendre un mode de pensée qui est fidèle à la réalité. — Partout, à chaque étape, nous voyons l'impossibilité de trouver un mode de pensée qui est vrai pour la réalité. Le coeur a besoin de s'engager dans une telle question, pour ne pas à être dévoyées par toutes sortes d'égoïsme » (30 janvier 1917, GA 174).

Il est égoïste, lorsque les anthroposophes répondent avec rien d’autre qu’ un regard impassible et un signe de tête poli lorsqu'il est mentionné le fait que bolchevisme nous a coûté 100 millions de vies humaines. Si on leur demande: « Avez-vous lu l'archipel du goulag? » — ils répondent: "Oui, je connais le livre, je l'ai feuilleté une fois. Mais le lire ? Oh non, c'est trop épais. Pourquoi vous russes écrivez-vous toujours des livres épais ? Mais quand la conversation se tourne vers l'histoire de l'Allemagne, avec la clé de compréhension, donné ici, quelque chose se passe chez cette même personne qui nous oblige à changer de sujet, afin de l’ empêcher d'avoir une "angine de cerveau". On peut comprendre pourquoi cela devrait être ainsi. Le mensonge a déjà « frappé » le corps-éthérique de l'être humain. Quand une parole vraie est parlée un « battement » irrégulier se produit dans l'interaction du système nerveux et la circulation, résultant l'hystérie. L’esprit du mensonge provoque une mutinerie dans le corps astral et ne peut pas être exorcisé par des arguments ou des explications car il est déjà enraciné dans le corps-éther, dans lequel il pénètre par le biais de l'âme raisonnable ,qui a été influencé de manière suggestive par la presse. Une personne de ce genre, face à la vérité, ces expériences provoquent de l’asphyxie et d'un afflux de sang à la tête. Une discussion avec elle est donc absurde, stupide et dangereux.

S'en tenir à son vieux préjugé — au mensonge — est pour lui une question d'être et non seulement de la conscience. Nous pouvons trouver ces personnes dans le monde aujourd'hui : en Allemagne, Russie, politiquement engagée ou apolitique ; et quelques-uns même parmi les anthroposophes. Il faut apprendre à comprendre qu'ils ne sont pas des anthroposophes, aussi peu que, par exemple, les Jésuites sont chrétiens.

Rudolf Steiner a parlé de ce qui précéda en janvier 1917, avant que la monarchie ne soit renversée en Russie. Il serait faux de croire qu'il pointait simplement vers l'imminence de cet événement. Il était, bien sûr, fait référence à un ensemble d'événements que nous sommes incapables de démêler encore aujourd'hui parce que nous essayons de faire cela de manière trop simple.
Mais nous avons besoin d'examiner et de saisir de larges symptômes historiques. Déjà dans les années 1870-71, dit Rudolf Steiner, sur la prétendue question de l’Alsace surgi entre l'Europe occidentale, centrale et orientale comme un problème insoluble. " Les gens qui se tiennent au sein de la réalité savaient déjà qu'il s'agit d'un problème insoluble... Il se tenait devant le regard de leurs âmes quelles conditions préalables spéciale ont été créées pour l'avenir de l'Europe par le biais de ce qui s'est passé là-bas, ils ont vu comment l'envie se posera à l'ouest d'inviter tout l'Orient "(19 octobre 1918, GA 185).

Depuis lors, nous avons appris que ces conditions préalables ont suffi à déclencher deux guerres mondiales, et elles ne sont pas encore épuisées. -" Non !" - les anthroposophes répondront immédiatement - Peut-être on peut avec une certaine réticence accepter de réclamation de Rudolf Steiner que l'Allemagne n'était pas responsable du déclenchement de la première guerre mondiale ; mais la seconde est la faute de l'Allemagne et seulement l'Allemagne!

Les faits sont impuissants face à cette levée de boucliers ! Néanmoins, nous devons toujours revenir aux faits. Ceux qui crient vont et viennent, mais la race humaine perdure et sera donc du ressort de son histoire.



Qui est responsable de la deuxième guerre mondiale ?




Il est devenu généralement un axiome dans le monde entier que les allemands sont toujours coupables de tout. Pour la conscience de masse, c'est une formule très pratique, un rôle populairement appelé par le doux nom de « bouc-émissaire ». Un garçon est toujours là en tant que quelqu'un pour évacuer nos rate et tirer les marrons hors du feu pour nous. De temps en temps un anthroposophe est requis comme un bouc émissaire - alors les gens commencent à parler d'erreurs de Rudolf Steiner.

Il a prédit cela aussi.

« Car nous devons être clairs - dit-il - que le temps peut à nouveau - venir aujourd'hui, je pèse mes mots avec beaucoup de prudence et donc dire : peut venir-, quand, parce que la paix n'est pas du tout voulu, le conflit sera féroce, peut-être encore plus féroce qu'il a déjà été, si quelque chose ne vient-elle pas d'un côté ou de l'autre pour empêcher cette férocité. Ensuite, la possibilité sera jugée à nouveau pour parler des actes atroces d'Europe centrale, et sous les ruines et les décombres, on enterrera le fait qu'on aurait pu éviter ces choses atroces soi-même » si on n'avait pas répondu aux appels à la paix avec le beuglant d'un taureau il était après tout dans les mains des forces de la périphérie d'apporter sur la paix. Mais le temps viendra... où il sera à nouveau dit : les Allemands font ceci ou cela, en violation de tous les droits des nations (8 janvier 1917, GA 174).

Ces mots ont à voir avec la seconde guerre mondiale ! Il y a une conférence de Rudolf Steiner, dans laquelle il parle directement de la seconde guerre mondiale, ou — plus précisément — sur la seconde guerre mondiale dans son lien indissoluble à la troisième. Notre recherche ne fait que confirmer la justesse et la profondeur de sa clairvoyance, la vision du monde fondée cette fois non pas sur l'expérience suprasensible, mais sur une analyse des tendances politiques, culturelles et spirituelles dans le monde durant le premier tiers de notre siècle. Il dit : " il y a déjà un certain nombre de gens — et ce nombre va rapidement augmenter —, qui saisiront qu'il est tout à fait impossible de passer par autre chose qu’une révolution si on continue à travailler dans le sens ancien". Tout comme dans le sens d’anciennes personnes ont dit : nous devons mener une guerre dans l'œuf pour étouffer la révolution dans notre propre pays, donc rien d'autre on entend que le travail a à faire, notamment chez les personnes de l'Ouest qui sont versés dans l'ancienne façon de penser, de préparer le terrain pour la seconde guerre mondiale. Il n'y a pas d'autre moyen que, afin de surmonter le bolchevisme intérieur, de travailler dans l'Ouest, vers la seconde guerre mondiale. Vous pouvez entendre le cri dans les strates inférieures de la société : la révolution mondiale !

Cette idée de révolution mondiale peut seulement être enveloppée dans un brouillard à travers le déchaînement de cette catastrophe de la seconde guerre mondiale. Il ne peut en être autrement (2 janvier 1921, GA 338, idir, 1986). C'est un fait étonnant qu'il n’ y ait pas eu une seule personne (seul) — pas en Occident, même pas en Europe centrale, ni en Russie — qui exposèrent le mensonge de la seconde guerre mondiale.






Nous nous référons à Viktor Suvorov et son livre The Icebreaker. Nous pouvons dire que cet homme marchait sur le trône de Satan lui-même et qu'il était encore en mesure d'atteindre la lumière du jour par le biais de sa propre force. Comme un spécialiste militaire remarquable et un analyste inhabituellement fort d'esprit, il prouve irréfutablement que les Allemands ont commencé une guerre préventive contre l'URSS. Nous n'irons pas dans les détails du livre ici, car il doit être lu en entier. ? Toute discussion est impossible avec quelqu'un qui ne le fait pas (il est publié en plusieurs langues). Beaucoup en Russie ainsi qu'en Allemagne ne liront pas ce livre, pour la raison évoquée plus haut :

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

17 publié en anglais le brise-glace, Viking Press, 1990, ISBN 0241126223, Actu-Common hors impression. Volume II a été publié à Moscou en 1994 sous le titre le jour M.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Des éléments déclencheurs hors des battements de cœur irréguliers dans l'interaction du système nerveux et la circulation sanguine. Une personne qui a adopté la version anglais-soviétique-américaine de la cause, les risques de guerre, souffre d'un effondrement après avoir lu ce livre. La position de Souvorov est inébranlable en ce qu'il se réfère à des sources accessibles au public et au témoignage des généraux soviétiques. Par exemple, à la fin du livre, il cite amiral Kuznetsov, un témoin du rang plus élevé : J. V Staline fait des préparatifs pour une guerre — étendues et tous azimuts des préparations — Hitler déjoue ses plans. (Ceci est un témoignage de témoin oculaire par centaines!) En revanche, Souvorov écrit, General Field Marshall W. Keitel a dit:...L’ agression a été préparé par l'Union soviétique. L’Allemagne s’est simplement elle-même protégée contre l'agression de l'inévitable en effectuant la frappe préventive. Les deux disent la même chose ! À cet égard Suvorov pose une question d'une importance considérable, il interroge la conscience de ses contemporains, dans quelle mesure peuvent-ils vivre avec ce fardeau ? Mais à ce jour la conscience est restée silencieuse, témoignant ainsi du caractère austère et sans pitié de l'esprit de notre époque, l'esprit de lâcheté, de trahison et d'opportunisme.
Souvorov écrit : " il est clair pour moi que les juges du « Tribunal International » à Nuremberg n'avaient pas la volonté (ou l'honnêteté professionnelle) pour trouver les vrais responsables de la guerre. Mais je ne comprends pas pourquoi ces mêmes « juges » n'ont pas immédiatement remonté un Nuremberg après les révélations de l’Admiral Kuznetsov, afin de soulever une partie de la culpabilité de Keitel, Jodi, la Wehrmacht allemande et de l'Allemagne dans son ensemble ?"
" Mon « Seigneur de juges », voudriez-vous expliquer nous votre attitude étrange ? Les accusés de Nuremberg n'ont pas plaidé coupable d'agression contre l'URSS. Le côté « offensé » a admis que personne a effectué un acte d'agression contre eux, qu'au contraire, la « victime » préparait une attaque. Comment est-il possible, Lord juges, que vous étiez si pressés d'accrocher Keitel et Jodi mais que vous êtes maintenant pas pressé pour accrocher Kuznetsov, Zhukov, Molotov ?"

" Pourquoi, « Seigneur de juges », maintenez-vous vos accusations contre l'Allemagne, mais hésitez-vous à engager des poursuites contre l'URSS ?"18 19

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------


18 si nous avons retenu une dernière once de conscience historique, il est impossible d'ignorer un aspect plus, essentiel de la question. C'est du type défini par l'un de ses plus éminents représentants, le premier président du Congrès juif mondial, Nahum Goldman, dans son livre The Jewish Paradox (Hambourg, 1992): pendant la guerre, le Congrès mondial juif à New York avait fondé un Institut pour les Questions juives ... Ses dirigeants ont été deux juifs de Lituanie, Jacob et Nehemiah Robinson. Selon leurs plans ont été élaborées deux idées absolument révolutionnaires : la Cour de Nuremberg et les réparations allemandes. La signification du Tribunal International de Nuremberg n'est pas tout à fait correctement évaluée aujourd'hui. Pour conformément au droit international il était impossible de punir les militaires qui avaient été arrêtés ce jour-là. C'était Jacob Robinson qui a eu cette idée extraordinaire, sensationnelle. Quand il l'a dit pour aux juristes de la Cour suprême américaine, ils pensaient qu'il était fou. ' Ce qui a fait les officiers nazis? qui était si rare' — ils ont demandé... Nous avons eu la grande difficulté, convaincre les alliés ; les anglais avaient tendance à s'y opposer, les Français étaient indifférents... Enfin, nous avons réussi parce que Robinson a réussi à convaincre le juge de la Cour suprême américaine, Robert Jackson (p. 166ff).

19 Viktor Suvorov, Leodokol (le brise-glace), Moskau, 1992, p. 487-489.


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Bolchevik et national-socialiste « ChessMoves » 



« Qui furent les juges? » — nous demandons encore une fois. Aujourd'hui, c'est tous ceux qui répètent à chaque occasion et sans arrière-pensée : les Allemands ont commis un crime "contre tous les droits internationaux" ; tous ceux qui ont « honte » d'admettre d'être allemands. — « Vous ne voyez pas » — « que les Allemands donnèrent un appui unanime à Hitler! » — non, je ne voyais pas il — je réponds —, mais j'ai vu l'unanimité assez des peuples soviétiques dans leur « acclamation » d'une galerie entière de tyrans et des tortionnaires. Et je sais ce que vaut cette « unanimité ». Je ne suis pas le seul à avoir remarqué que ces deux sortes de l'unanimité ne se ressemblent que comme deux frères jumeaux. Il y a aussi des différences, mais elles doivent être recherchées là où il est interdit de les regarder. Laissez-nous pêcher contre cette restriction. Nous ferons tout d'abord remarquer que l'impulsion de la Tri-articulation sociale en Europe centrale aurait été la seule alternative à la voie du chaos. Et il était de la même signification pour la Russie. Ceux dans les sociétés occultes qui ont préparé la guerre mondiale se sont préparés principalement à la guerre contre la Tri-articulation sociale. Il n'était donc pas tant de la destruction de l'économie de l'Allemagne et de la Russie qui était l'objectif principal de ces forces, mais plutôt la falsification de la Tri-articulation sociale, ce qui représentait le plus grand obstacle sur le chemin d'accès à leurs objectifs de grande portée.
En Russie, une « expérience » fût commencée — une caricature de l'Ahrimanisation de la Tri-articulation sociale.

Aussi antisociale est la condition qui survint comme le précisa R.Steiner – ni les anglais , les américains, sans oublier de mentionner les Français ou l'un autre gouvernement trouveraient un moyen de lutter contre elle... Mais une puissance peut faire face: et c'est la puissance de Rome... Rome est en mesure d'imposer un système de domination, parce que Rome a les nécessaires instruments de pouvoir faire ainsi (6 juin 1920, GA 198). Rudolf Steiner a dit ceci un 6 juin 1920. Mais alors la décision avait déjà été prise de constituer la « garde de Lénine ». Ainsi, la prise du pouvoir par Staline et sa clique était déjà prédestinée ! En 1920 un transfert du pouvoir a commencé, des représentants des sociétés secrètes occidentales aux représentants de forces occultes-politiques de Rome ; naturellement, la décision est venue du plus haut centre unifié.
Les "Moyens de puissance" de Rome sont connus — l’ « abaissement » de l'esprit au niveau des accroches primitives et des slogans, le jeu sur les ambitions nationales, l'élevage des imbéciles heureux — et tout cela dans une situation où nous nous sentons déjà la hache dans le dos. Avec la Russie de Staline pratiquement entré dans sa « Phase-Paraguay ».Les événements prirent un cours différent en Allemagne. Les forces des sociétés secrètes occidentales avaient été rejetées dès le début, et on peut supposer que les « forces de Rome » avaient repris la main à présent. À juste titre, Rudolf Steiner parle de l' Europe centrale comme étant imprégnée de jésuitisme (cf. 3 novembre 1918, GA 185). En prenant avantage de l'aversion naturelle des allemands au bolchevisme, le jésuitisme a créé une caricature luciférienne de la Tri-articulation sociale. En Russie, l'appel a été lancé de tout « renouveler » . En Allemagne, la restauration du moyen-âge prit place, aux sons de la "musique" du vieil faux-héritage « Nibelungen ».

Dans les deux cas, deux puissances mondiales ont "récoltées" les "dividendes", qui peuvent être facilement prouvés. Rudolf Steiner dit :
« si les idéaux de la social-démocratie de Berne (c'est-à-dire le Congrès de Berne de 1919) ont été remplies, vers l'Amérique libre... toutes les forces libres seraient nécessairement remplies... alors L'Europe tombera dans le paupérisme et l’Amérique deviendra riche ; pas par quelque injustice, mais par la folie de la politique sociale européenne » (15 février 1919, GA 189).

À l'époque il n'était pas possible de réaliser ces « idéaux », mais leur succès a été le plus élevé en 1945. Bien qu'extérieurement la Russie était irrémédiablement contre la bourgeoisie mondiale, pendant des années, elle fournit cette dernière en permanence avec des marchandises et matières premières bon marché ! Considérons la valeur de ces exportations de céréales des Etats-Unis à elle seule pendant plus de 30 ans, avec la destruction consciente simultanée de sa propre agriculture !

Autre lien : http://www.fonjallaz.net/Ukraine-Grand-Famine/Suisse/Etienne-Thevenin.html


Le 6 janvier 1993, le journal le plus libéral Moskovski Komsomolets a indiqué que, en raison de la situation critique dans la capitale, il avait été décidé de faire du pain avec la farine importée qui, cependant, devient dur et immangeable après deux ou trois jours, on n'avait pas de recette pour faire du pain avec de la farine américaine. Et celle-ci ne s’est réveillée qu’en 1993 ! Qu'est-ce donc qui s'était passé au grain importé des États-Unis dans les années précédentes? Il avait été nourri au bétail ? Mais d'une part c'était horriblement cher ; d'autre part, il n'y a pas de viande qui soit ! R. Riemeck écrit dans son excellent livre Europe centrale — bilan d'un siècle des trois forces qui ont déterminé le destin de l'Europe : les Etats-Unis, la Russie et le Vatican.

Ce qui n'était pas encore possible en 1919 a été accompli en 1945 : la destruction de l' Europe du Centre. Par le biais de la première guerre mondiale, le Danubian Reich a été dissoute ( Merci au « droit à l'autodétermination »), par le biais de la seconde guerre mondiale, il fut possible d'écraser l'Allemagne (avec la collaboration involontaire d'Hitler). Cet événement nous devons le penser en regardant de nouveau au secret de la carte des années 80 de la fin du XIXème et elle termine son livre avec les mots suivants : aussi bien dans la première que dans la seconde guerre mondiale tout a été fait d’aller de l’avant selon ce plan. R. Riemeck en arrive à la conclusion suivante : l’Allemagne entassée sur elle-même porte un lourd fardeau de la culpabilité non seulement envers les autres nations mais également envers ses propres esprits de la nature» Ce sont des contradictions, par laquelle l'Ouest pensée est conduite dans une impasse et, nous osons affirmer — évoquant un troisième conflit mondial, après quoi la capacité humaine de penser sera vraisemblablement supprimée au final ! Mais tant que les choses n'ont pas atteint ce point, il est de notre tâche avec une énergie sans faille non d’emprunter le chemin de l'impasse et du désert, mais d’aller de l’ avant vers le chemin de l'histoire et de l’évolution.




Lorsque l’ « expérience socialiste » fût préparée en Russie, des alternatives néfastes étaient en voie de réalisation. Rudolf Steiner en a souligné par exemple une par des billets portant la croix gammée, qui avait été vu en possession de diplomates Russes !


---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

20 Renate Riemeck, Europe centrale, bilan d'un siècle, Fribourg, 1992, p. 316-317. 21 ibid. p. 153, 177. 22 ibid. p. 178.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------


Si la guerre civile avait traîné en longueur, ou si les bolcheviks n'avaient été acheminés entre février et octobre 1917 — qui sait si le monde ne parlerait aujourd'hui d'un fascisme russe ?

En Allemagne, parce que les bolcheviks n'avaient pas été autorisés à venir au pouvoir, donc une des solutions alternatives a été appliquée ici. Il ne faut pas oublier que, depuis la première guerre mondiale, aucun peuple de la terre ne peut résister à toute manipulation quelle qu’elle soit entreprise contre elle. George Orwell a écrit un roman utopique, mais il devrait être clair pour tous que tout ce qu'il décrit en réalité tout aussi bien pu se faire en Angleterre.






En parlant de la carte susmentionnée Rudolf Steiner constate: « rien de spécial a été dit sur les peuples scandinaves ; Il semble qu'ils auront probablement une très longue période de clémence »(14 janvier 1917, GA 174).
Il s'agit de la solution de l'énigme du libéralisme relativement heureux existant dans les pays d'Europe du Nord. Mais des U.S.A. , Rudolf Steiner affirme que la restriction ou contrôle de la liberté de pensée viendra vers la fin de l'an 2000. De cela, il ne peut y avoir aucun doute. Il deviendra alors évident que non seulement les Russes, avec leur penchant à l'esclavage et éternels militaires (les Allemands), seront capables de créer un Empire du mal, mais les Anglo-Saxons « épris de liberté » ont cette capacité aussi !


------------------------------------------------------------------------------------------------------

23 dans les premières années de la « perestroïka » ces billets pouvaient être achetés dans les magasins d'occasion de Moscou.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Telles sont les réalités et nous ne pouvons saisir le fait que dans ces « jeux » mondiaux ont été attribués aux peuples le rôle d'éternels « martyrs de l'histoire », et qu'avec les méthodes modernes d'oppression il ne suffit de réunir un petit nombre de la foule qui existe dans tous les pays, dans l'ordre, avec leur aide, pour régner sur des millions de personnes, les tourmenter dans les camps, les exécuter, ou les abattre avec des pioches (Cambodge), convertissez-les en morts-vivants, en zombies etc.
En 1920, Rudolf Steiner a écrit que, si " l'on devait continuer l'activité « de l' état-politique » au sens traditionnel en Europe, en Allemagne, on verrait dans un proche avenir une autre forme monstrueuse découlant du bolchevisme. Une forme à laquelle ils (les acteurs de cette façon) aurait une affinité plus étroite que le bolchévisme russe "(24 GA, p. 185).24
Et qu'est ce qui s'est passé ? Le principe des 'deux dagues' - travailla au niveau des nations entières. Dans leur fuite en avant de créer un nouveau Golem bolchevique ahrimanien, les Allemands n'ont pu garder leur équilibre et réaliser l'idée de Rudolf Steiner de la Tri-articulation sociale, mais sont tombés dans les bras du Golem luciférien de la politique romaine ( jésuite ).

Ce qui est dit est extrait des Conférences de Rudolf Steiner qui sont très bien connues chez les anthroposophes, dans lesquelles il dit que les représentants du principe de l'église catholique ont l'intention dans un avenir très proche de reconstruire l'Empire romain germanique, dans le but d'éradiquer l'hérésie anthroposophique avec le feu et l'épée. Et le National socialisme était cette tentative ridicule : sous le couvert de la reconstruction de l'Imperium, il se produisit une répétition virtuelle de la guerre de trente ans, incité à l'époque par les jésuites dans le but d'éradiquer l'hérésie de la réforme (1er février 1920, GA 196). Pour le lecteur qui a besoin de confirmation, à travers des témoignages plus tard, des communications sociales-historiques de Rudolf Steiner nous aimerions citer une source remarquable — un livre qui existait déjà dans le Samizdat anthroposophique il y a 40 ans


------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

24 La citation est tiré du livre de pensées pendant le temps de la guerre. Herr Lindenberg veut nous convaincre que Rudolf Steiner a regretté avoir écrit le livre et a exprimé sa réticence pour imprimer une nouvelle édition. Rudolf Steiner, écrit-il, ne voulaient pas voir le livre à paraître en une seconde édition. Personnellement, je regrette qu'il n'a pas dit ouvertement

7 ne veux pas voir cet ouvrage publié parce qu'en elle, je me rendis des postulats qui sont intenables ". Mais il a fait formuler cela implicitement. (cf. Plensburger Hefte, no 32, p. 133 et aussi le rororo monographie de Lindenberg sur Rudolf Steiner (où le p. 110/111 il suggère cette attitude ; Note de l'éditeur).

------------------------------------------------------------------------------------------------------


Le nom de l'auteur ne nous a pas jusqu'à présent été révélé; Il signe seulement avec les initiales R.C.S. écrit en 1956, il a neuf chapitres, qui sont consacrées à la même complexité de questions que le présent livre. Dans un chapitre R.C.S. présente un article de l'historien finlandais Dr Werner Knapke intitulée politique de puissance des Jésuites — lever du nazisme qui, malgré quelques unilatéralités, fournit une très bonne illustration. R.C.S. écrit dans son introduction : celui qui prend la peine d'étudier la littérature catholique et les journaux du monde catholique, en Allemagne et à l'étranger, de la période 1932-1938, trouveront, de ce côté aussi, la connexion entre le jésuitisme et le national-socialisme absolument prouvé...Il est clair pour tous ceux qui regardent, même un peu, dans les coulisses de l'histoire des dernières décennies, que Hitler était un instrument du jésuitisme et d'autres forces, qui, grâce à l'utilisation de la magie cérémonielle via l'influence sur le système de ganglion, fût préparé à la tâche de détruire la nature allemande et que le caractère que Hitler était un instrument manifeste de certaines forces occultes avec une tâche définie, la destruction de l’impulsion du JE des allemands...

Hitler a été l'exécuteur de la volonté de Wilhelm II, comme Lénine et Staline étaient les exécuteurs testamentaires après la chute du du tsarisme. Concernant les livres de Karl Heyer (quand les dieux abandonnent le Temple) et Prof. Waken (scientifique lignes de développement spirituel) R.C.S. dit qu'ils fournissent une excellente qualification de la nature et la signification du national-socialisme. Mais ils ne font pas progresser les liens réels, et sa relation avec jésuitisme et anti-américanisme.
Dans l'article du Dr. Werner Knapke, nous lisons : qui a été le grand vainqueur dans la première guerre mondiale ? Seule la papauté. La maison de Hohenzollern se brisa sous le pouvoir suprême du protestantisme — Le tsarisme a été également détruit comme le soutien de l'Eglise grecque-orthodoxe ! Au sujet de la seconde guerre mondiale Knapke parle de diriger par les Jésuites un « axe-fasciste » et de citations Stampa, 9 juin 1941, à l'effet que Hitler et Mussolini organisent l'Europe selon l’encyclique papale de Pie XII. — Rerum Novarum.



Von Papen

Knapke en outre, dit que personne n'avait accès à Hitler dans la forteresse du Landsberg . Seuls les Jésuites sont allés dedans et dehors, jour et nuit, pour le voir. Le premier à ouvrir la voie pour lui était le jésuite Brüning qui était incapable de rester au pouvoir, comme le protestantisme prussien éveillée se sentait instinctivement révoltée par ce jésuite. Un autre personnage devait apparaître : un jésuite de plus haut degré Von Papen... désignée dont la mission était d'ouvrir la voie à l'homme qui voulait être un nouveau 'Pseudo-socialiste' : Ignatius de Loyola. Qui ne se souvient pas comment Hitler se précipita pour le pape allemand observateur immédiatement après chaque élection de Reichstag, ou à l'ami personnel du Pape Pius XI... Cardinal Faulhaber et à Pacelli (l'actuel Pape Pius XII) ? Von Papen effrontément déclara que le « troisième Reich » rendrait compte des principes de la papauté en théorie et en pratique sur la journée des catholiques 1939 à Frankfurt am Main allemand tous les catholiques étrangers sont exhortés à l'appui de la dictature nazie d'Hitler.
Et Knapke pointa vers le premier acte de gouvernement d'Hitler : Concordat avec Rome ! (p. 2-7).

Cardinal Eugenio Pacelli, plus tard Pape Pius XII. et Franz von Papen (à gauche) signature du concordat entre Berlin et Rome, le 20 juillet 1933. Ici, nous concluons les citations de ce livre-Samizdat, qui devrait vraiment être re-publiées depuis longtemps. Son auteur à un degré extraordinaire a compris, très peu de temps après la guerre, les questions traitées dans notre livre. Seulement l'indifférence sociale, paresse intellectuelle ou lâcheté peut rendre possible pour nous d'imaginer l'histoire du XXe siècle, telle qu'elle est présentée par les puissances qui oeuvrent dans les coulisses, par des historiens, journalistes et nombreux anthroposophes. Toute l'histoire de la bataille romaine contre l'esprit porte l'empreinte d'un style unifié. Au cours de la guerre de trente ans, qui a été entièrement effacée de la mémoire européenne, tout vivant a été étouffé à la naissance. La population entière de l'Europe a été punie, apparemment selon le principe Léniniste !

Dans tous les cas, 90 % de la population était à jeter si seulement le but avait été atteint. Que ce soit Lénine ou Trotsky, Hitler ou Staline ou les dirigeants des nations anglo-américaine — ils sont tous au-delà du bien et le mal dans leurs actions où la destruction de l'esprit vivant est concernée, et nous ne devrions pas nous leurrer.




Bormann a écrit en 1939 : [le] Führer [a] décidé : « les membres de la Société anthroposophique universelle... sont encore plus dangereux que les membres des loges, parce qu'ils infectent beaucoup plus de personnes avec leurs idées ».25 26,Il serait bon que les anthroposophes apprennent de ces exemples à se tenir dans leurs actions avec un vrai sens des responsabilités. Très souvent, les ennemis de l'anthroposophie comprennent mieux que ses amis la grande importance qu'elle a dans le monde. Dans les yeux des ennemis, le plus grand péché de l'anthroposophie réside dans son audace à ne pas se laisser guider par les forces dans les coulisses. Et une bataille acharnée est menée contre ce « péché ». Seule la méthode change ! Il semble que nous sommes maintenant arrivés au seuil fatal. A tout moment ils auront fait des gens « vertueux » hors de nous et nous serons « comme tout le reste »: facilement dirigé par les frères de l'ombre. Entre eux (dans les hauts degrés), ils n'ont aucun problèmes insolubles, quelque soit la bataille la bataille et ce qu’elle peut prendre au monde laïc.

La bataille décisive est menée contre les cieux. Tout est fait dans le monde d'occulter ce fait. Une grande partie peut être découverte au cours des années, mais pas cela — afin qu'ils pensent. D'où la difficulté d’obtenir la clarté sur les véritables causes des guerres mondiales. — Le diable montre ses sabots afin de cacher ses cornes, puis présente les cornes afin de distraire les sabots. Qui peut saisir le diable par les cornes et les sabots en même temps et le jeter dans le vaste monde de Dieu ?
C’est seulement à cette condition que peuvent en tant qu’êtres humains se consacrer à nouveau à leurs propres préoccupations véritables. R. Riemeck écrit dans le livre susmentionné que Hitler n'avait pas voulu mener une guerre à l'Ouest. En août 1937, il a dit : je veux vivre en paix avec l'Angleterre et de conclure un traité définitif.

Lorsqu'il marcha en Pologne il ne s'attendait pas à déclarer la guerre de l'Allemagne à l'Angleterre.


---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

25 avec des gens de ce genre la vérité est toujours mélangée avec les mensonges tout ce qu'ils disent. Malheureusement, l'anthroposophie attire beaucoup moins de personnes que les loges — à une estimation approximative, deux à trois cents fois moins. La raison est que l'anthroposophie contient en elle une véritable force spirituelle capable de perturber l'activité des forces des ténèbres.
26 cité : Flensburger Hefte, n° 32, p. 70.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

L’interprète qui mit la main sur la note d’Hitler au gouvernement britannique, Schmidt, rapporte : Hitler était assis là comme transpercé et regarda dans l'espace... Après un certain temps, qui me semblait une éternité, il se tourna vers Ribbentrop qui était resté immobile à la fenêtre. « Que faire maintenant ? ". Alors Schmidt entra dans le vestibule et rapporta ce qui était arrivé. Goring dit: « Si nous perdons cette guerre puisse Dieu être miséricordieux envers nous. » Goebbels se tenait dans un coin silencieux et Schmidt termina par les mots: « tout autour, j'ai vu des expressions abattues. 27 Que signifie ce spectacle ? Ce sont, pour ainsi dire, les « sabots » des uns et les « cornes » sur l'autre côté : des témoins parlent de l'abattement de Staline, de l’« alarme » au Kremlin. Quel cas inhabituel ! Rien que des surprises et des imprévus ! Ces gens dont la mise en scène politique mondiale, d’avoir connaissance de chaque mouvement grâce à un vaste réseau d'espionnage de fonctionnement profondément dans leur territoire et, lorsque les autres actes surgissent, c'est une surprise complète.

Le livre de Souvorov même apporte seulement une partielle clarté dans cette affaire. Si Hitler n'avait pas eu l'intention de lutter contre l'Angleterre en 1939, encore moins n'avait –t-il l'intention d'envahir l'Union soviétique à ce stade, ni encore un an plus tard, car à peine un an se trouvait entre l'élaboration du plan « Barbarossa » et le début de la guerre. Que voulait Hitler? Si l'on considère les événements qui se produisent sur la surface, qui ont été accueillis avec enthousiasme, même par ceux au sommet du pouvoir —semi-amateurs tels qu'ils étaient après tout —les plans du national-socialisme étendu non plus loin que la création d'une sorte de Saint Empire romain"… sur une nouvelle base — socialiste . Cela ne suffisait pas à paralyser complètement un libre épanouissement spirituel dans le centre. Dans l'Orient, Staline et ses « camarades » poursuivirent les mêmes objectifs. Les graines de l'esprit étaient négligeables dans le monde Anglo-Saxon. Mais si l'on suppose que cette intention d'être la vérité finale de la question, alors cela voudrait dire d'oublier la carte et d'ignorer l' « expérience socialiste » qui aurait conduit les sociétés secrètes de l'ouest à la domination du monde.
En 1941, le monde est venu à une situation qui rappelle le roman d'Orwell 1984, qui parle aussi de la nécessité de concentrer le concept de guerre totale dans un centre unifié. C'est exactement ce qui s'est passé en 1941, et il est vital de comprendre cela avant tout

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

27 Riemeck r., l'Europe centrale. , p. 173.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

En outre, les occurrences de monde depuis 1914 doivent être reconnus et compris comme une séquence d'événements reliés entre eux grâce à un processus de détermination réciproque.


La tragédie russo-allemande...



Tout ceci nous incite à regarder encore une fois les liaisons de raccordement. La Révolution de février a eu lieu en Russie. Est-il utile de préciser qu'elle ne rencontra aucune résistance , dans la puissance du peuple. L'ensemble du système du pouvoir, l'armée incluse, avait été capturé dans le cercle des loges.



Kerensky juif et franc-maçon traître

Le peuple russe avait par le passé accueilli joyeusement toute forme de libération de la monarchie. Ils ont toujours considéré que l'organisation de la vie de la communauté sur la terre ne nécessite pas un pouvoir suprême. Mais derrière la révolution de février, quelque chose de différent était caché, et peu de gens le savait ! Le gouvernement intérimaire désigné dirigé par Kerensky - tous les membres de Loges - avait la tâche de transférer le pouvoir aux bolcheviks. Lorsque l'acte de trahison est apparue , la Russie s’est révoltée. Mais tous les sacrifices ont été vains. Les bolcheviks sont sortis victorieux de la guerre civile ,et le bolchevisme, avec ses plans d'une révolution mondiale, commença à avancer comme une force conquérante. En supposant que le « mouvement blanc » ait gagné en Russie, la carte du national-socialisme aurait pu éventuellement être joué en Allemagne, et le bolchevisme serait venu au pouvoir en Allemagne. Puis l'Allemagne et la Russie auraient échangé les rôles. Une nouvelle Entente seraient venus d'Allemagne et détruit « l'hydre du fascisme russe ». 28, la guerre aurait pris place néanmoins, mais le sort de la Russie après la guerre aurait pu être semblable à celui de l'Allemagne de l'Ouest. Mais cela aurait signifié la montée de la Russie, qui ne devait ne pas être autorisé, et donc les « rouges » ont gagné. Le rôle de notre « blanc » passé en Allemagne, pour le national-socialisme a été vécu en Allemagne comme une sorte de « mouvement blanc » luttant contre le ravage « rouge ». Mais nous devons comprendre la seconde guerre mondiale comme une continuation de la guerre civile en Russie. La seule différence que la guerre civile fût plus difficile à contrôler que la seconde guerre mondiale. Il y avait encore des reliques de l'ancienne existant à l'époque de la souveraineté de l'État.


---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

28 qu'un fascisme russe aurait pu exister est facilement prouvé. Pensez par exemple à l'histoire du Baron Ungern qui est proclamé le dirigeant spirituel plus élevé de la Mongolie, etc..

-------------------------------------------------------------------------------------------------


Le plan de la seconde guerre mondiale était la suivante : la principale tâche est toujours restée la même — la plus grande destruction possible de la population de l'Europe centrale et orientale, parce qu'elle est porteuse de renouveau spirituel. Ce sont, et nous insistons sur le fait une fois de plus, les mêmes objectifs que ceux poursuivis dans la première guerre mondiale et la guerre de trente ans et aussi de Rome par les croisades. Il serait ridicule de croire que la clique de Lénine et de Staline, qui a poursuivi une politique de génocide contre les peuples de la Russie, n'épargnerait la population dans une guerre extérieure. Au contraire, il a vu en cela une occasion bienvenue de continuer le génocide. En Allemagne en 1944 une révolte aurait pu avoir lieu qui aurait mis fin à l'hitlérisme — le mal principal, de l'avis des alliés (s'ils sont à prendre à leur portait).
Mais l'opinion n’est pas encore en sourdine , que du côté anglais ait fomenté la conspiration — qui semble tout à fait plausible, étant donné que la guerre a été menée contre le peuple allemand, et le but était d'obtenir la plus grande destruction possible et la capitulation sans condition. Quelque chose de similaire est arrivé récemment dans la guerre des Etats-Unis contre l'Irak. Cette guerre aussi, comme dans un numéro du Das Goetheanum, était fondée sur le principe selon lequel les USA ont d'abord créé un dictateur dans l'ordre avant d'entrer en guerre contre lui.

Victor Suvorov a analysé en détail précis et a prouvé hors de tout doute que l'Union soviétique a mis toute sa force en préparant la guerre contre l'Allemagne, avec le but de propager le bolchevisme sur l'ensemble de l'Europe, tout comme il avait été étalé sur l'ensemble de la Russie à la suite de la bataille avec l'armée blanche ".

Est-ce que cela pourrait correspondre aux souhaits du monde anglo-américain ?

Bien sûr que non.

Puisque depuis les " années quatre-vingt" du siècle dernier, il avait été inscrit dans le plan qu'un désert devait se poser à la place de la Russie, une scène pour des expériences socialistes ! Évidemment, le jeu de l'expérimentation était allé un peu trop loin! Le résultat : un dragon — devenait une menace pour les parents sans vergogne. Il devait être apprivoisé par l'intermédiaire des forces de l'Europe centrale, et en même temps la possibilité serait prise pour rendre ces forces prêtes une fois de plus. Pour la réalisation de cet objectif Hitler a donné l'occasion de subjuguer l'ensemble de l'Europe avec une relative facilité.

Pour définir la seule Allemagne contre le Golem soviétique montre bien toute la naïveté de la part de l'Union soviétique.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
29 Ici encore: Lequel de leurs mots - si nous pensons du livre de TN Kaufman?

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les lecteurs sont à nouveau invités à étudier le livre de Souvorov, parce qu'il décrit dans les détails les bataillons puissants de guerre qui ont été préparées en Union soviétique pour l'invasion de l'Allemagne. Mais il ne suffisait pas à armer les ressources de l'ensemble de l'Europe de Hitler. Il devait y avoir également avoir encore la possibilité d'attaquer d'abord. Qu'une guerre ait pu en tout cas se terminer par une défaite pour l'Allemagne accrédite la très convaincante thèse de Souvorov. Mais pour s'assurer que les deux parties épuisent complètement leurs forces et se détruire les unes les autres, Hitler devait délivrer le premier coup. Les préparatifs de l'invasion de l'Allemagne ont été menées dans l'URSS de telle sorte que tout a été fait dans les coulisses pour empêcher l'URSS de livrer le premier coup. En fait, l'attaque victorieuse de l'armée allemande a été arrangée en URSS sous le couvert des préparatifs de la guerre. Ceci explique le mystère de la terrible défaite de l'armée soviétique dans les premiers mois de la guerre.

Souvorov décrit comment une bonne route a conduit du centre de la Russie à ses frontières, comment toutes les défenses avaient été détruites, les barricades à la frontière ont été démantelées, etc.. Extérieurement, il a regardé comme si « la souris n'avait pas une chance » — l'URSS préparait une attaque. Mais il y a quelques « nuances » dans toute cette histoire. Les grands pogroms dans le plus haut commandement de l'armée à faire ici aussi bien. Il y avait trop de gens là qui ont pris l'idée de Trotsky de la révolution permanente et mondiale trop au sérieux. Le Livre de Souvorov même laisse un certain nombre de questions à ce sujet. Nous avons tendance à croire qu'il a omis délibérément des choses, afin de donner au lecteur la possibilité de penser par lui-même. (…) L’affirmation est également vraie, à savoir, que l'Allemagne national-socialiste a sauvé au moins une partie de l'Europe du « ravage bolchevique ». Toute personne qui n'est pas d'accord avec cette conclusion doit s'abonner à la correspondance orthodoxe-soviétique de la révolution bolchevique de 1917 comme le moment le plus glorieux dans l'histoire russe, qui a été suivie par des décennies de plus en plus sans bornes de bonheur et qui, par ailleurs, s'apprêtait à se propager à travers le monde entier, etc..
Le National-socialisme devrait considéré comme un produit naturel de « décomposition » du capitalisme, dont le plus brillant représentant est les États-Unis — le bastion de la liberté et de démocratie ! 38 Afin de trouver un moyen de sortir de cette « dialectique » véritablement diabolique, nous devons saisir ce XXe siècle où l'humanité a été condamnée aux incommensurables sacrifices d'êtres humains dans un souci d'un seul objectif : permettre à des politiciens criminels dans leur pacte avec les forces infernales pour régner sur cette humanité avec arbitraire complet.
Et tant qu'on célèbre la victoire du « Bolchévisme » ou "La démocratie américaine" sur le "Fascisme", (ce qui laisse supposer une victoire du « peuple » ne sont que tromperies), de « L'humanisme » sur les « Forces des ténèbres », etc., tant que les êtres humains ne reconnaissent pas les vraies origines de leurs souffrances — alors ces souffrances et les stratagèmes occultes-politique sombres de la guerre ne cesseront jamais. Uniquement en raison de l'irresponsabilité totale, de manque de moralité, de la stupidité sans bornes, le blâme sera invariablement entassé sur la tête de telle ou telle nation, ou des Nations Unies.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

38
Il est symptomatique au plus haut degré que quel que soit l'antagonisme extrême des soi-disant 'démocrates', "neo-bolcheviks" et "Nationalistes" de divers tons en Russie aujourd'hui, soient d'accord sur un point à savoir, que l'Allemagne représente l'éternel ennemi de la Russie et une menace permanente de l'Ouest. En 1994, un mémorial à la fête de la victoire a été érigé à Moscou avec la plus grande hâte, qui a absorbé d'énormes sommes d'argent (les journaux ont rapporté que le projet avait été mis au point en Allemagne et avec elle, Hitler voulait immortaliser sa victoire sur l'URSS). Ceux de la « gauche » ainsi que la « droite » a examiné cette construction plus importante que l'aide pour les affamés, population en train de mourir. Antipathie pour les allemands qui unit les groupes belligérants d'une manière étonnante et c'est aussi la raison pourquoi il n'est pas mis au repos. De cette façon on peut, après tout, tourmenter le pays affamé selon son bon plaisir, dans l'ordre puis du sortir de la boue un peu et de dire: « Réjouissez-vous ! Vous avez enregistré le succès du monde de la lutte antiparasitaire fasciste! »

---------------------------------------------------------------------------------------------------------


Du nationalisme en Allemagne :


Sur la nature et son origine à la fin de ce chapitre quelques mots doivent être dites sur l'antisémitisme, qui a constitué une partie importante de l'idéologie nationale-socialiste. Nous ne ne nous lassons pas de répéter une vérité proverbiale, sans doute, quand nous disons que toute idéologie qui fonctionne avec des moyens de suggestion de masse doit être extrêmement simple et donnent une image élémentaire de l'ennemi. Cette image de l'ennemi doit travailler plus fortement que celle propagée par l'idéologie rivale. En Russie elle n'avait pas réussi, parce que « le mouvement blanc » a été une manifestation naturelle de protestation et les groupes dont elle se composait ont été inspirés par une variété de différents idéaux. Dans son très large spectre devait être trouvé une continuation de tous les idéaux spirituels, sociaux, politiques et religieuses multiples qui étaient vivants en Russie avant la révolution. Ce n'était pas le cas en Allemagne. La réserve naturelle contre les assauts du bolchevisme a été prise seulement comme une base pour le remplacement de l'image de la bourgeoisie comme l'ennemi de tous les peuples, développé également par les communistes allemands, par l'image du monde communautaire d’essence juive — aussi comme l'ennemi de tous les peuples. Quant à la motivation immédiate qui conduit au choix de cette image particulière comme une cible de l'hostilité, c'était tout à fait clair pour tout le monde. Maintenant, il faut aborder une question, au risque de déclencher une avalanche de charges extrêmement émotionnelles de l'antisémitisme. Ces affabulations, que nous tenterons de démontrer avec la plus grande rigueur, bien que dans la plupart des cas, cela s'avère sans effet.

Nous allons commencer par un constat qui est de notoriété publique en Russie, mais dont la mention est un sujet tabou. Il n'y a aucune interdiction officielle, ni aucune tentative de la réfuter (ce qui n'est guère possible car c'est un fait historique facilement qui a fait ses preuves). Malgré cela on a réussi à susciter que quiconque attire l'attention sur elle est immédiatement étiqueté «d' antisémite ».




Dans les années qui suivirent lors de la révolution bolchévique d'octobre de 1917, plus de 90 % de l'échelon supérieur du pouvoir en Russie — le Comité exécutif Central russe, les ministères (commissariats), la Tcheka — était composé de personnalités juives, beaucoup d'entre eux, les émigrants qui étaient venu en Russie en 1917. Il n'y a aucune raison de considérer cela comme une simple coïncidence.
Aux USA par exemple, on ne dirait pas qu'il est évident que la plus hauts échelons du gouvernement devraient être dotés de noirs, ni les Français n'accepteraient volontiers être régies par les arabes, etc.. Mais, à cet égard, nous devons reconnaître que l'International marxiste-léniniste a commencé sa progression triomphale à travers la planète, selon le principe racial. Il appelle donc de suite son antipode — nazisme — selon le même principe. Ainsi la sélection strictement raciale des citoyens de l'Etat d'Israël, l'intégration raciale du monde arabe et aussi de la population noire dans les Etats-Unis etc. clairement remonte à cette course-internationaliste. Cette initiative malheureuse simplement ne vient pas à une fin — ou plutôt, sa fin est imminente comme un démontage complet de la civilisation, qui menace de dégénérer en un conflit racial du monde entier. Par conséquent, il n'est en aucun cas l'antisémitisme de renommée malade qui rend nécessaire d'examiner cette question. C'est beaucoup trop vaste pour se limiter à quelques antipathies entre les nations, même si tous les radio et les chaînes de télévision dans le monde sont dédiés à la tâche dissimulant les causes de cette tragédie mondiale.

Mais si nous ne voulons pas répéter les erreurs de l'histoire, nous devons de les reconnaître. Il s'agissait donc de la pointe de l'iceberg du pouvoir bolchevique, le cercle du peuple, le travail des mains desquels a été la révolution bolchevique, la terreur etc..Dans les niveaux inférieurs de la hiérarchie du pouvoir, leur participation a été moins, mais toujours incroyablement élevé ; et d'ailleurs, ces personnes détenaient habituellement les postes clés. Tous ensemble les bolcheviks ont été activement soutenus dans le pays dans son ensemble par environ 1,5 millions de Juifs. Et cette circonstance a sans doute représenté leur tragédie nationale, puisque sans ce soutien les bolcheviks ne pouvaient pas resté au pouvoir. Même le sentiment d’oppression que les Juifs devaient endurer dans la Russie tsariste ne peut être acceptée comme une excuse, puisque la révolution de février leur avait déjà accordé tous les droits civils. Il existe de nombreux documents authentiques, que personne n'a jusqu'à maintenant discréditée.




Par exemple, les mots sont connus du banquier américain Jakob Schiff, qui télégraphia le message suivant à Milioukov, un membre du gouvernement intérimaire : « Permettez-moi, en ennemi irréconciliable de la tyrannie autocratique qui a persécuté sans relâche nos coreligionnaires, présenter mes félicitations à vous et ainsi également au peuple russe... et vous souhaiter personnellement et les membres du gouvernement tout le succès qu'on puisse imaginer dans votre excellent travail ». Un autre membre du gouvernement intérimaire, Prince G. E. Lvov, a déclaré dans une réponse à l'accueil de N. M. Friedman, le Président du Bureau politique du juif, le 16 avril 1917 : « vous aviez tout à fait raison quand vous a souligné que c'était un grand honneur pour le gouvernement intérimaire d'en retirer la nation russe de la honte de l'absence de droits pour les Juifs. »
A la Douma (Parlement) parmi les Membres : N. S. Chkheidze, un des participants plus actifs dans la révolution de février, peut également être citée. Il a dit qu'un des résultats plus importants de la révolution était la destruction de la principale Citadelle d'autocratie — l'oppression des Juifs. Immédiatement après la révolution , un Samuel Roth a écrit assez franchement dans un livre avec le titre évocateur, maintenant et à jamais, New York, 1929 : « où une fois que nous étions opprimés et persécutés, nous sommes maintenant — les persécuteurs fiers et sans pitié... Nous, les Juifs, avons gagné la liberté [en Russie] et nous sommes puissamment vengé sur nos ennemis. »

Reste à savoir si nous pouvons rejeter les déclarations de ce type comme bavardage vide, dont personne n'est responsable. Peut-on juger l'histoire en faisant semblant que ces déclarations et les documents n'existent pas ? Nous serions heureux d'entendre une variété d'opinions constructives là-dessus, mais il est peu probable que n'importe qui seront désireux de les divulguer. En revanche nous pouvons, déjà maintenant, imaginez les terribles difficultés respiratoires qu'elles ont provoquées chez certains des quelques lecteurs qui ont avancé jusqu'à présent dans le livre. Nous pouvons vous assurer que nous préférerions beaucoup à écrire sur des choses plus agréables, mais pas au prix de servir l'esprit d'Ahriman. Cependant, l'esprit de vérité exige également que je rejette ceux qui ont trop insisté sur l'idée de la quête juive pour la domination du monde. Dans le cas contraire nous appellerions en question tout ce qui a été dit jusqu'à présent dans ce livre. Cela nous ne le ferons pas. Nous adhérons toujours au principe selon lequel un peuple ne peut pas être blâmé pour ce qu'une petite partie de ce peuple fait à elle et aux autres peuples.

Si les russes sont offensés quand quelqu'un parle de « Bolchevisme-Russe», alors pourquoi d’autres nations n’auraient-elles pas le droit de réagir à cela, dans des situations similaires ? Mais cela ne peut pas toujours se faire ouvertement. Ainsi les Juifs sont également, en ce qui concerne les manipulations auxquelles certains d'entre eux ont donné, presque aussi libres dans leurs critiques, comme les Russes étaient à l'époque de la règle des bolchéviques. Le temps viendra certainement où les Juifs se diront tout à fait librement ce que nous décrivons ici. Déjà maintenant, il y a parmi eux des personnes qui utilisent leur bon sens et ont le courage de briser certains tabous interdisant à appeler les choses par leur nom propre. Étrange que cela puisse paraître, dans les premières années après la révolution bolchevique Winston Churchill est sorti ouvertement de leur côté. En 1920 dans le Sunday Herald illustré du 8 février, il a écrit.:... « il y a les Juifs qui, demeurant dans chaque pays du monde, à l'identique)sont portés eux-mêmes avec ce pays, à entrer dans la vie nationale et tout en respectant fidèlement leur propre religion, se voient comme des citoyens dans toute l'acception de l'État qui les a reçu. Tel un Juif vivant en Angleterre dirait: « Je suis un anglais pratiquant la religion juive. »... Dans une opposition violente à tous cette sphère d'effort juif s'élèvent les régimes des Juifs Internationaux. Les adhérents de cette Confédération sinistre sont surtout des hommes élevés vers le haut entre les populations malheureuses des pays où les Juifs sont persécutés en raison de leur race. Pour la plupart, mais pas tous, ont abandonné la foi de leurs ancêtres et divorcé de leurs esprits tout espoir spirituel de l'autre monde.

Ce mouvement parmi les Juifs n'est pas nouveau depuis l'époque des Spartacus-Weishaupt pour ceux de Karl Marx, et vers le bas pour Trotski (Russie), Bela Kun (Hongrie), Rosa Luxembourg (Allemagne) et Emma Goldman (Etats-Unis), cette conspiration mondiale pour le renversement de la civilisation et pour la reconstitution de la société sur la base de développement arrêté, malveillance, envieux, et l'égalité impossible, a été en constante augmentation.
En écrivain moderne, Mme Webster, a montré avec tant de compétence, une partie certainement reconnaissable dans la tragédie de la révolution Française. Elle a été la cheville ouvrière de tous les mouvements subversifs pendant le 19e siècle ; et maintenant enfin cette bande de personnalités extraordinaires aux enfers des plus grandes villes d'Europe et d'Amérique ont saisi le peuple russe par les cheveux de leur tête et sont devenus pratiquement les Maîtres incontestés de cet énorme empire.

Puis nous lisons plus loin dans l'article de Churchill, ce que nous avons déjà dit sur la base d'autres sources. Ainsi, toute personne qui désire nous accuser de causer préjudice devra rediriger son accusation vers Churchill, qui continue : « il n'y a pas besoin d'exagérer le rôle joué dans la création du bolchévisme et de la réelle suscitation de la révolution russe par ces Juifs internationaux et la plupart du temps athées. » C'est certainement un très grand ; il a probablement sous-évalué tous les autres. À l'exception notable de Lénine, la majorité des figures de proue est juive. (Lénine n'y échappe pas non plus.) En outre, la principale source d'inspiration et force motrice vient des chefs Juifs. Ainsi, Tchitcherine, un pur russe, est éclipsée par Litvinoff subordonnée et l'influence des Russes comme Bukharin ou Lunacharski n'est pas comparable avec la puissance de Trotsky, ou de Zinovieff, le dictateur de la Citadelle de rouge (Petrograd), ou de Krassine ou Radek — tous des Juifs. Autre lien sur un personnage influent, financier , intellectuel et agent de renseignement : Alexandre Parvus : http://fr.wikipedia.org/wiki/Alexandre_Parvus

Dans les institutions soviétiques, la prédominance des Juifs est encore plus étonnante. Et l'éminent, sinon en effet le principal, partie dans le système du terrorisme appliqué par les Commissions extraordinaires pour lutter contre la contre-révolution a été prise par les Juifs et dans certains cas notables par des juives. La prédominence au mal même a été obtenue par les Juifs dans la brève période de terreur, durant laquelle Bela Kun a statué en Hongrie. Le même phénomène a été présenté en Allemagne (en particulier en Bavière), pour autant que cette folie a laissé se nourrissaient de la prosternation temporaire du peuple allemand (souligné par l'auteur).

Nous répétons simplement un fait généralement connu quand nous disons qu'une certaine partie du peuple juif admis eux-mêmes s’être transformés en outils des ordonnances et des confréries, qui avaient commencé une terrible expérience sociale dans le monde occulte. Ce fait est documenté.39 et nous devrions donné maintenant la parole à l'esprit des précurseurs du bolchevisme soviétique et du peuple qui a préparé le soulèvement bolchévique en Allemagne. Ils étaient les Marx, Engels, Lassalle, Bernstein, Katsky, Rosa Luxemburg, Clara Zetkin etc.. Si nous sommes capables de penser de façon réaliste, il doit devenir clair pour nous que les Nazis, dans leur tentative de s'opposer au communisme, ne pouvaient pas faire autrement que d'utiliser la carte de l'antisémitisme ; la manière la plus implacable, qui a été joué entre leurs mains.


Autre lien : http://library.flawlesslogic.com/1tsar_fr.htm





Afin de compléter le tableau, nous renvoyons à nouveau au comte Coudenhove-Kalergi. Dans la première partie de l'idéalisme pratique, dont il a écrit en 1920, il a fait la déclaration suivante:... les dirigeants juifs du socialisme à ces prophètes juifs de nos jours, qui préparent une nouvelle époque de monde, dont l'éthique est primordiale dans tous les domaines : politique, religion, philosophie et art (p. 27-28). Quelle raison qu'il donne pour cela ? Parce que... Einstein est à l'avant-garde de la science moderne !?

--------------------------------------------------
39
Rudolf Steiner aussi fit remarquer à ses auditeurs. Dans une conférence, il parle de ceux qui participèrent à la signature du Pacte de Brest-Litovsk. Un certain Joffe M. et un certain Kamenev M., effectivement appelé Rosenfeld, sont de ceux-là. Nom de Trotsky est Bronstein ; Joffe est un riche marchand de Cherson. L'avocat de Kerensky (plus tard Président du gouvernement intérimaire) a réussi en 1915 dans le procès contre Kamenev, en fournissant la preuve que l'accusé n'avait pas préparé de la chute de la Russie, mais a toujours lutté contre le pacte secret de Lénine (8 janvier 1918, GA 180). Rumeurs, si on en faisait le tour aujourd'hui (dans la presse anthroposophique) que Rudolf Steiner pourrait bien avoir eu une tendance à l'antisémitisme. Personne n'est épargné par cette idéologie. Mais de son vivant, les journaux lui accordèrent d’être le protecteur du judaïsme (cf. 1er octobre 1917, GA 177)
------------------------------------------------------

... Mahler à l'avant-garde de la musique moderne... Bergson à l'avant-garde de la philosophie moderne... Trotsky à l'avant-garde de la politique moderne (p. 51-52). Pour notre part, nous tenons à souligner tout de suite qu'il ne serait jamais survenu à penser à la nationalité de Mahler, parce que sa musique est profondément enracinée dans la tradition musicale d'Europe centrale. Concernant Einstein nous aurions seulement fait remarquer qu'aucun article ne put être publié en Union soviétique — indépendamment de l'exactitude des informations scientifiques — qui critiquait ou corrigait ses théories. Placer Bergson à « l'avant-garde de la philosophie moderne » est tout simplement ridicule ; Si Trotsky est placé à l'avant-garde de la politique moderne, notre seule réaction est à pleurer. Mais Kalergi ne fait pas de telles hypothèses lorsqu'il continue : « les Juifs sont la nouvelle aristocratie spirituelle de l'Europe qui se pose... "(p. 51). Une vue de l'histoire du peuple juif explique son avantage dans la lutte pour le leadership de l'humanité (p.49). Les Juifs comme un peuple d'expérience exprimant la bataille éternelle de la quantité contre la qualité, des groupes inférieurs contre les minorités supérieures (p. 52), etc.. Avec ses doctrines, ce chef d'accusation étrange mais pas du tout stupide construit les bases d'une théorie raciale particulière. Normalement — écrit-il — " l'être humain rustique est un produit de l'homme de consanguinité, urbain : du métissage (p.20) et plus loin : l’inceste renforce le caractère et affaiblit l'esprit — le croisement affaiblit le caractère ; et renforce l'esprit... crée des personnalités originales (p. 22-23)".

Et maintenant le lecteur doit rappeler la déclaration par Kalergi cité plus haut, au sujet de la race mixte Euro-asiatic-négroïdes, dans lequel tous les êtres humains 40 doivent être transformés, et nous arrivons à un genre de résultat final auquel il veut nous conduire. Selon sa doctrine, qu'il est plus propice et progressiste d’être de race mélangée à un produit de la consanguinité, c'est pourquoi les races sont à mélanger." Mais pas tous d'entre eux:... les Juifs... [sont] des personnes consanguines. Et en même temps ils sont choisis:...pour être dans leurs plus éminents représentants les leaders de l’humanité urbaine ! "


Autre lien :http://www.michelcollon.info/Le-Golem-est-catholique.html?lang=fr



---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

40 au cours de guerres civiles présentes dans le Caucase et en ex-Yougoslavie, l'énorme nombre de viols est souvent mentionné. La question se pose : est-ce déjà le début de la réalisation de l'idéalisme pratique, le programme du général Croix-métissage ? Je pose cette question sans n'importe quel « humour noir ». Pour quel humour pourrait-il y avoir, lorsque le principal idéologue du Pan-Europe, soutenu par un autre à l'avant-garde de la politique (Churchill), déclare très sérieusement que les Russes ont leurs meilleures qualités d'âme envers le viol des femmes slaves par les Mongols et les Tatares ?

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

(p. 28) ; ... la supériorité de leur esprit prédestine à être un des principaux facteurs d'une aristocratie de l'avenir (p. 49).

Il semble donc que l'humanité, renforcé en l'esprit du métissage donne des personnalités originales, qui soient régies par l'aristocratie juive avec son esprit faible en raison de la consanguinité ! Il est inutile de chercher n'importe quel type de logique dans les études raciales de Kalergi ! Son idéologie est telle qu'elle peut enfin permettre que tant qu'il est interdit de penser à autre chose que ce que l'Etat permet. Il est n'est donc pas un hasard que Churchill ait appuyé l’ « Union européenne » avec Kalergi afin de faciliter la réalisation de l'idéologie de ce dernier. Mais si, malgré cela, nous pensons à ce sujet de manière logique et sans préjugés, nous arrivons à la conclusion qu'il n'y a pas de différence raciale idéologique substantielle entre les œuvres de T. Kaufman, le livre idéalisme pratique et Mein Kampf et s'il y avait des différences — qui pourrait expliquer leur ? — Mais, s'il vous plaît, qu'avec les faits à votre disposition et non avec les yeux sortent de vos têtes avec colère.

Nous, les habitants de la Russie, avons le droit de poser de telles questions, car la Russie a infiniment plus à voir avec les dirigeants juifs du socialisme que toute autre nation. Beaucoup de livres ont été écrits sur la supériorité éthique et qualitative contre la « quantité » des groupes inférieurs de la population russe. Rappelons qu'un fait : quand l'homme à l'avant-garde de la politique, Trotsky, organisa l'armée rouge sous la force totale, il donna l'ordre de tirer sur toute la famille de quelqu'un qui s'enfuitrait de cette armée ou déserterait de la « garde blanche ». C'est une tendance humaine à bannir le passé de la mémoire. Le processus s’est accéléré par le fait que tout est fait dans notre monde pour nous faire perdre notre lien avec le passé. On peut difficilement trouver aujourd'hui une personne âgée qui souhaite rappeler le contenu des journaux des « années folles » et des années 30 ! Mais si quelqu'un n'a pas encore de souvenirs, aucun argument n'a lieu, sinon tout fait incontestable qui viendrait à la lumière. Ainsi, ceux qui ont conservé leur mémoire sont stigmatisées. Voici les mauvaises manipulations politiques qui n'appartiennent pas au cercle des anthroposophes.

Nous suggérons au lecteur qui a accepté les profondes vérités de deviner qui a fait la déclaration suivante : « la volonté de guerre mondiale imminente non seulement rendra les classes réactionnaires et des mouvements, mais des peuples entiers réactionnaires, disparaitront de la surface de la terre. N'est-ce pas le progrès ! »


C'est une déclaration par Karl Marx.





Venons-en à une plus proche de nôtre époque. Dans le Daily-Express du 24 mars 1933, le titre "BOLD" est apparu sur la page couverture : JUDEA déclare WAR ON GERMANY — Juifs de tout le monde unissez-vous dans l'Action — BOYCOTTEZ les marchandises allemandes.

Est-ce que la capitulation allemande était-elle à prévoir immédiatement après ? Mais les questions ont pris une tournure encore plus grave. Le Jewish Chronicle, a déclaré (Fascicule 3 mars) en 1939 : « les Juifs ne permettront pas la paix, cependant beaucoup d’ hommes d'État et les pacifistes peuvent s'efforcer pour elle ». En 1934, un éminent représentant du mouvement sioniste, V. Shabotinsky écrivit dans le journal juif de notre langue : « l’Allemagne tente avec ambition de devenir une grande nation et a perdu en tentant de récupérer ses territoires et colonies. Nos intérêts Juifs, toutefois, exigent le contraire — une élimination définitive de l'Allemagne. Le peuple allemand représente ainsi un danger pour nous. C'est pourquoi nous ne pouvons permettre que l'Allemagne sous son gouvernement actuel devrait devenir encore plus forte qu'elle ne l'est déjà. »

Les déclarations citées ici ne devraient pas se trouver justifiées par la prise du pouvoir par Hitler. En 1932, avant son arrivée au pouvoir, Bernard Lecache (Lekah), présidente de la Ligue mondiale juive à Paris, a prononcé une déclaration qui a été répétée plus tard, en 1935, dans The Jewish Bulletin du 27 juillet : « l'Allemagne est, pour nous, État ennemi no1. Et c'est notre devoir de déclarer la guerre à ce sujet sans pitié. » « Nous — les Juifs — sont la nation la plus étrange dans le monde, car nous avons le pouvoir et savoir comment l'utiliser. » En 1938, dans le numéro de juin de la revue The American Hebrew, les admissions suivantes franches sont apparues (p. 108): la coalition de l'Angleterre, la France et la Russie soviétique s'arrête tôt ou tard la procession triomphale du Führer ivre de succès. Par hasard ou intentionnellement, chacune de ces nations a un juif dans une position plus importante.


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

41. cette question a encore un autre aspect. Si nous prenons au sérieux toutes les déclarations de guerre contre l'Allemagne cité ici — et nous n'avons aucune raison de faire autrement, alors nous devons garder à l'esprit que chacun d'eux ont réussi. Cela étant ainsi, toutefois, la responsabilité incombe aux vainqueurs, comme indiqué par Rudolf Steiner dans un devis remis à la fin du chapitre 12.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------


"La vie de millions se trouvent entre les mains des non-Aryens. ... Président Leblanc n'est qu'une figure de proue, mais Duvalier prit le fardeau sur lui-même pour un peu de temps. Leon Blum (le premier ministre Français) est un juif en suspens ; lui seul est incontournable". Il peut sans aucun doute encore devenir un Moses, leader de la nation Française au bon moment. Et Litvinov (le ministre soviétique des affaires étrangères, cité par Churchill) — il est un grand juif, la main droite de Staline, ce petit soldat de plomb du communisme (souligné par l'auteur). Litvinov est devenu si important qu'il surpasse chaque camarade à l'International, (socialiste) en dehors de la pâle gardienne du Kremlin (Lazar Kaganovich)... C'est lui qui a acheté le Roosevelt... Et ces trois fils d'Israël se joindront à Hore-Belisha (Ministre de la guerre en Angleterre) pour envoyer le dictateur Nazi fou au diable... l’Europe est condamnée !42

Si quelqu'un prétend que les déclarations de ce genre, car elles ont été souvent faites dans les ' années folles et ' la trentaine et qui ont été incontestablement connues en Allemagne, n'étaient pas désigné pour la trempe de l'antisémitisme, alors qu'il est, ou est au moins fait semblant d'être stupide ! Mais quelque chose est vraie aussi. Certainement pas tous les Juifs, peut-être que très peu, tolérerait de telles déclarations provocatrices. Puisqu'elles ont été prononcées pour autant, on doit saisir le fait que les responsables de ce document contrefait, connu comme les protocoles des sages de Sion, en aucune manière se sont limitées à créer un faux mais travaillent sans relâche à ce jour pour rendre semble-t-il la contrefaçon aussi proche que de l’original ! Une chanson soviétique dit : « nous sommes nés pour exaucer le conte de fées. » Le Bolchevisme a apparemment été poussé hors de la scène des événements mondiaux. Mais l'étrange « conte » des protocoles est en pleine expansion dans une existence effrayante, spectrale.


------------------------------------------------------------------------------------------------------
42
Choses remarquables d'un autre genre qui se retrouve là, dont nous parlerons en temps voulu. L'article que la crucifixion des Juifs a mettre fin a été publié dans la même revue le 31 octobre 1919 par un certain Martin H. Glynn, ancien gouverneur de l'état de New York. Il écrit : « à travers la mer (c.-à-d. Europe) 6 millions hommes et de femmes nous demande du secours, et huit cent mille petits enfants pleurent pour le pain... 6 millions des hommes et des femmes meurent par manque de nécessités ; huit cent mille enfants pleurent pour le pain... Dans cet holocauste menacé de la vie humaine... à cause d'une guerre qui fait rage pour jeter le despotisme dans la poussière... être causes de cette guerre pour la démocratie six juif millions hommes et femmes affronter la mort par la famine, de l'autre côté de l'océan et huit cent mille enfants juifs cri pour du pain ! »

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Pour se libérer de cette existence, il faut soigneusement et exactement partir à la recherche des faits historiques et se distancer bruyamment et audiblement depuis n'importe quel mensonge. Pour les rabbins et Monsignori qui se sont assis quelque part et veulent jeter le monde dans une catastrophe prochaine. Ils sont « Internationalistes » en ce sens qu'ils sont presque indifférents quant à qui sert de chair à Canon pour leurs manipulations occulte-politiques, allemands, russes, américains, Juifs, Serbes, arabes ou autres.
Qui n'est pas accusé d'antisémitisme aujourd'hui ? Nous devons encore enquêter sur l'origine et le but de ces accusations. Les Russes ont été accusés avant même les allemands. L'avis a été organisé que le russe « garde blanche », qui a résisté à la frénésie du bolchevisme, baignait dans l'antisémitisme. Mais ces personnes ont simplement vu qui étaient les commissaires bolcheviques, qui ont dirigé les divisions de la Tchéka de 43 tout au long de la Russie, etc.. Mais la garde blanche ne s’est absolument pas tourné contre tous les Juifs, car parmi eux il y avait un grand nombre qui refusaient de faire défection inconditionnellement au camp bolchévique, et ils ont été l'objet de représailles, ou forcés de quitter le pays. — « Mais » — quelqu'un s'opposera « vous ne dites rien sur l'extermination des Juifs pendant la seconde guerre mondiale! » Non, ce n'est pas le cas. Il va être parlé de plus tard.

En conclusion nous tenons à souligner que les allemands — comme aussi les Russes — peuvent trouver le chemin seul « verticalement » hors de la situation actuelle, c'est-à-dire par le biais de l'appel à l'esprit, qui comprend un appel à la vérité. Et c'est juste pour cette raison qu'ils sont tellement sans pitié à se pencher vers la terre, afin qu'ils ne puissent pas savoir ça. Tout le monde doit décider pour lui-même s'il souhaite poursuivre cette tendance à plier vers le bas. Rien ne pourra se faire sur le plan extérieur. Il ne peut y avoir aucune restauration de la souveraineté de l'État ou de la politique indépendante. De notre propre point de vue subjectif, nous avons même tendance à sympathiser avec le chancelier Kohl. Continuellement, il donne, fait des compromis. Mais il n'a pas le choix et après tout — L’Allemagne existe et est au moins économiquement performante. » Si elle devait montrer la moindre faiblesse, les groupes plus radicaux de droite s’assemblerait immédiatement comme si

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Tcheka 43 — acronyme russe pour « Commission extraordinaire pour la lutte contre la contre-révolution et le sabotage » ; depuis 1922 GPU, puis le NKVD, maintenant le KGB (Note de Pub-lisher). 44 mais dans le monde, tout est plein d'alternatives. Nous rappelons encore une fois les déclarations de Mme Clinton lors de sa visite à Berlin en 1994.


--------------------------------------------------------------------------------------

par une commande secrète, se soulèveraient hors de la terre comme des champignons et remporteraient des victoires dans les élections. Ou une vague de terrorisme devrait balayer le pays.

La presse mondiale commencerait en criant : « Regardez, les allemands ont de nouveau de mauvaises intentions contre toutes les nations du monde ! » Les plus diverses sanctions seraient mises en place avec l'aide de l'ONU. Kohl souhaite acheter lui la liberté de tout cela. Il le peut, pour l'instant. Mais le moment quand il sera décidé dans les coulisses pour faire chuter l'Allemagne, il ne pourra pas éviter.
Les allemands iront ensuite à l'exil et la chute des civilisations sera imminente, car il est aussi impossible à une civilisation comme il est pour l'individu humain, d'exister sans un « je ». mais un tel avenir ne peut être entravée si assez de gens se trouvent pour diriger leur plaidoyer pour l'amour de l'humanité en esprit et en vérité pour les hiérarchies divines.


Gennady BONDAREV ( 1998 ) " Crisis the civilisation "




Commentaires